L'Institut d'Etudes de l'Efficacité des Administrations Publiques a publié un rapport dont il ressort que, quel que soit le critère retenu ( nombre de vols contrôlés ou nombre d'avions immatriculés en France), les contrôleurs aériens français sont sept fois plus nombreux que leurs collègues américains et deux fois plus que leurs homologues allemands ou anglais. En conséquence, facturer un septième de leur coût, soit 3 millions d'Euros, serait logique. Pour le reste ils doivent d'abord maigrir, les pilotes n'ont pas à payer la graisse d'un mammouth de plus.

ADMINISTRATION - privatisation du contrôle aérien en Allemagne

En France, l'IFRAP l'a montré, contrôleurs aériens et personnels de la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile) ont une productivité particulièrement faible alors qu'ils bénéficient de privilèges nombreux et injustifiés : salaires, primes, temps de travail, avantages sociaux, etc.

En Allemagne, pourtant en pleine campagne électorale, le gouvernement social démocrate vient de lancer la privatisation du contrôle aérien, en accord avec l'opposition. Ce gouvernement de gauche aurait pu être tenté de repasser le problème à son successeur, probablement de droite. Un bel exemple de sens des responsabilités.

La France sera-t-elle la dernière à privatiser son contrôle aérien ?

 

Si vous ne partagez pas l'avis de cet institut, vous pouvez, comme moi, faire part de votre désaccord en écrivant à :

IFRAP

5, rue Cadet

75009 PARIS