LYON-Saint-Exupéry :

Antoine de Saint Exupéry

La flamme d'oblitération postale créée par Joseph de joux sera disponible du 24 mars au 23 juin 2000 à la Recette Principale de la Poste, place Antonin Poncet à Lyon.

Flamme d'oblitération postale

L'an 2000 sera l'année du changement d'appellation de l'aéroport de Satolas. Débaptisé, il deviendra Lyon Saint-Exupéry. Pour fêter cet événement, une cinquantaine d'avions relieront Bastia à Bron. Départ de Corse le 28 juin en VFR pour rejoindre la base militaire de Toulon-Hyères. Un vol de nuit permettra ensuite de rallier Lyon Saint-Exupéry (arrivées échelonnées de 23h00 à 03h00 L) où, après un touch and go, les pilotes se poseront à Lyon-Bron. Une grande manifestation est prévue le 29 juin avec une exhibition de la Patrouille de France à Lyon - Saint-Ex. et le survol de la capitale des Gaules par un Bréguet 14, avion de la victoire. Une montgolfière rappelant le souvenir du Petit Prince sera également présente. Jean Claude GAYSSOT a signé le 11 janvier 2000 la décision de retenir le nom de LYON SAINT-EXUPERY pour désigner l'aéroport rhônalpin. Le baptême aura lieu le 29 juin prochain, jour du centenaire de la naissance de l'aviateur-écrivain lyonnais. Les premiers éléments de cette manifestation commencent à être connus :

En 1916, les ateliers Bréguet sont dans une situation grave car ils n'ont plus de commandes. Louis Bréguet décide alors de lancer l'étude d'un bombardier monomoteur. Pour cet avion, un nouvel alliage : le duralumin. Le biplace Bréguet, type 14, équipé d'un moteur Renault 12 Fe de 300 ch, volera pour la première fois le 21 novembre 1916. Il comporte des innovations techniques : volets de courbure automatiques et amortisseurs hydropneumatiques.

Facile à piloter, les essais officiels prennent fin en janvier 1917. Il emporte un charge de 730 kg, monte à 6500 mètres et vole à 175 km/h. La production de cet avion cesse en 1926 : 8000 exemplaires sont sortis des usines françaises et espagnoles.

Né à Lyon le 29 juin 1900, Antoine de Saint-Exupéry fut d'abord étudiant aux Beaux-Arts. Il passa son brevet de pilote et entra dans l'armée de l'air quleques années plus tard, en 1921!; il devint pilote de ligne en 1926 et, à ce titre, fit les premiers vols longs-courriers de l'histoire de l'aviation, vers l'Afrique du Nord et l'Amérique du Sud. Après une interruption de quelques années, pendant lesquelles il devint reporter pour le compte de Paris-Soir et de l'Intransigeant. Il revint pourtant à l'aviation peu avant la Seconde Guerre mondiale, en 1937. Engagé dans l'armée de l'air pendant la guerre, il fut basé en Algérie jusqu'en 1940, date à laquelle son âge lui valut d'être démobilisé. Réfugié aux États-Unis, il ne put se résoudre à la passivité et, dès 1943, il rejoignit les Forces françaises libres en Algérie. C'est dans des circonstances mystérieuses qu'il disparut en mer, 31 juillet 1944, au cours d'une mission de reconnaissance aérienne qu'il effectuait
entre Bastia et la région de Grenoble - Annecy. C'était son 10ème vol en mission de guerre et il totalisait 6500 heures.

 Vol de nuit (1931) est sans doute l'un de ses plus beaux textes sur les difficultés et les plaisirs du métier de pilote. Les pilotes, tels que les décrit Saint-Exupéry, sont des êtres de rigueur en même temps que d'ouverture au monde, de liberté en même temps que de sens du devoir, d'amour de la vie en même temps que de capacité à affronter la mort. Ce livre, éloge de la discipline, est également une évocation poétique du plaisir de voler.