Les pionniers de l’aviation et la grande aventure de l’Aéropostale

Entre 1918 et 1933, une poignée d’hommes résolus, dont certains sont de véritables héros de la première guerre mondiale, vont animer la Compagnie Latécoère, plus tard Compagnie Générale Aéropostale, qui donnera finalement naissance en 1933 à Air France. Au prix de multiples efforts et au mépris de leur vie, ils vont simultanément tester de nouveaux appareils et ouvrir de nouvelles routes à travers le monde, posant ainsi les bases de l’aviation civile telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Pierre-Georges LATECOERE

Industriel français (Bagnères-de-Bigorre, 1883 - Paris, 1943). Fondateur de la compagnie Latécoère. Constructeur d’avions pour l’armée pendant la première guerre mondiale, il établit une ligne aérienne reliant la France à Dakar avec prolongation sur le Brésil.

Didier DAURAT

Diplômé de l’école d’horlogerie et de mécanique de Paris et de l’école de travaux publics. Après la première guerre mondiale, il est entré aux lignes aériennes Latécoère, qui deviennent plus tard l’Aéropostale. Il inaugura la ligne Toulouse-Rabat le 1 er septembre 1919 comme pilote. Il assuma ensuite la direction de l’exploitation du réseau France - Amérique du Sud jusqu’à la création de la compagnie Air France. En octobre 1945, il reprit la direction du centre d’exploitation Air France. De 1948 à 1953, il dirigea le centre d’Air France d’Orly.

Beppo de MASSIMI

Ami d’enfance de Pierre-Georges LATECOERE, il le rejoint en 1918 au sein de la compagnie Latécoère.

Jean MERMOZ

Aviateur français (Aubenton, 1901 - Atlantique Sud, 1936). Après avoir été pilote militaire, il entra chez Latécoère où il fut le pionnier de la ligne Rio de Janeiro – Santiago du Chili par dessus la Cordillère des Andes, et effectua la 1ère liaison postale aérienne directe France – Amérique du Sud. Il disparut lors d’une liaison régulière, en mer, au large de Dakar, à bord de l’hydravion Croix du Sud.

Henri GUILLAUMET

Aviateur français (Bouy (Marne), 1902 – Méditerranée, 1940). Un des pionniers de la traversée de l’Atlantique Sud, il fut l’organisateur de la liaison Rio de Janeiro – Santiago du Chili. Il effectua en 1938 la première traversée commerciale de l’Atlantique Nord. Il disparut en Méditerranée en 1940 alors qu’il volait vers la Syrie.

Antoine de SAINT EXUPERY

Aviateur français et écrivain (Lyon, 1900 – Méditerranée, 1944). Il fut un des pionniers de l’aéropostale, et notamment directeur de la filiale de l’Aéropostale à Buenos Aires (Argentine), la « Aeroposta Argentina ». Il disparut en mer alors qu’il effectuait un vol de reconnaissance au départ de Borgho en Corse.

 

1914

La guerre éclate en Europe. Pour la première fois, des avions sont utilisés de façon intensive, d’abord pour l’observation et la chasse, ensuite pour l’attaque et le bombardement. L’aviation évolue à grands pas.

1918

La guerre prend fin. On reconvertit les avions de guerre en avions civils : les premières lignes aériennes commerciales apparaissent. C’est l’époque des grands raids et des grands pilotes. Pierre-Georges Latécoère dépose les statuts de la Compagnie Espagne Maroc Algérie (CEMA) et décroche un contrat du gouvernement français pour transporter par avion le courrier de Toulouse à Rabat, au Maroc. L’aviateur argentin Luis Candelaria franchit Les Andes d’Est en Ouest sur un Morane-Saulnier type L.

1919

Début des liaisons aériennes postales au départ de Toulouse. La CEMA est rebaptisée Lignes Aériennes Latécoère. Latécoère engage Didier Daurat comme pilote. Le 8 février, les anglais effectuent un vol commercial précurseur reliant Paris à Londres : 13 passagers traversent La Manche à bord d’un Farman Goliath. Le 14 juin, Alcock et Brown, sur Vickers Vimy, traversent l’Atlantique Nord entre New-York et l’Irlande : 3.060 kilomètres parcourus en 16 heures et 12 minutes.

1920

La route se prolonge jusqu’à Casablanca en 1920. Didier Daurat est nommé directeur de l’exploitation. Sa mission : organiser la Ligne, augmenter la fréquence et maintenir la régularité des vols.

1921

Pierre-Georges Latécoère donne un nouveau nom à la Ligne, qui devient la Compagnie Générale d’Entreprises Aéronautiques (CGEA). Mermoz, âgé de 19 ans, s’engage dans l’armée et passe son brevet de pilote. Le 1 er avril, l’aviatrice française Adrienne Bolland traverse Les Andes (Mendoza-Santiago) sur un Caudron G3, en 3 heures 15 minutes.

1922

Les liaisons postales Toulouse-Casablanca deviennent quotidiennes. Le transport des passagers se met en place : cette même année, la CGEA transporte 920 passagers vers l’Espagne et l’Afrique. Le 17 juin, les pilotes portugais Coutinho et Cabral traversent l’Atlantique Sud en trois mois, avec trois avions et en trois escales.

1923

La Ligne va jusqu’à Dakar.

1924

Premier contact entre Mermoz et Latécoère. Le 13 octobre, le jeune homme, âgé de 23 ans, est engagé par Didier Daurat . Les américains réalisent le premier tour du monde aérien avec deux Douglas World Cruiser, en 175 jours. Ce vol ouvre la voie aux grandes lignes commerciales.

1925

Ouverture du service régulier Casablanca-Dakar. En Amérique du Sud, le pilote Paul Vachet défriche de nouvelles liaisons et relie Rio à Recife.

1926

Henri Guillaumet entre chez Latécoère. Antoine de Saint Exupéry effectue son premier vol postal avec lui. L’espagnol Franco traverse l’Atlantique Sud avec un hydravion Dornier Wal, quadrimoteur allemand.

1927

La CGEA intensifie son activité en Amérique du Sud. Le 15 avril, Pierre-Georges Latécoère cède 93% de ses parts à Marcel Bouilloux-Lafont. L’Aéropostale, la « Ligne » comme on l’appelait alors, est née. Elle explore les routes de Rio à Buenos Aires et Santiago. Au début, la partie maritime du trajet est assurée par bateaux, des avisos. Latécoère se consacre à ses usines françaises de construction aéronautique et développe toute une série d’avions et d’hydravions qui équiperont l’Aéropostale. En octobre, Antoine de Saint Exupéry est nommé chef d’escale à Cap Juby en Afrique. Le 11 octobre, Mermoz et Négrin relient sans escale Toulouse et Saint-Louis sur le nouveau Laté 26-2R : 4.270 kilomètres en 23 heures 30 minutes. Le 9 mai, l’ « Oiseau Blanc » de Nungesser et Coli disparaît au cours d’une tentative de traversée de l’Atlantique Nord, d’Est en Ouest. Le 21 mai, Lindbergh traverse l’Atlantique Nord en solitaire sur un monomoteur, le monoplan « Spirit of Saint Louis » et relie New-York à Paris en 33 heures 30 minutes. Le 15 octobre, Costes et Le Brix effectuent la première traversée de l’Atlantique Sud entre Saint-Louis du Sénégal et Natal sur un Bréguet XIX.

1928

Le Chili signe un accord avec l’Aéropostale. La ligne France Argentine est ouverte le 17 mars. Pour raccourcir les horaires, Mermoz impose le vol de nuit. Le 21 novembre, Mermoz et son mécanicien Collenot ouvrent la voie vers Santiago du Chili, en traversant la Cordillère des Andes à bord d’un Laté 25. Le 15 décembre est créé le Ministère de l’Air en France. Un décret-loi interdit à tous les avions terrestres de survoler la mer. Vol d’essai de l’ « Arc en ciel », premier trimoteur terrestre construit par René Couzinet.

1929

Nouveau contrat avec le Venezuela. Saint Exupéry est nommé à la tête de la filiale argentine de l’Aéropostale. Le courrier est désormais assuré entre Buenos Aires et Santiago du Chili et la Ligne est prolongée jusqu’en Patagonie. Crise économique : le krach boursier met à mal de nombreuses compagnies en Amérique et en Europe. Les entreprises de Marcel Bouilloux-Lafont n’échappent pas aux vagues du jeudi noir de Wall Street.

1930

Première traversée de l’Atlantique Sud : le 13 mai, Mermoz, Géo Gimié et Jean Dabry amerrissent à Natal sur un Laté 28-3 baptisé « Comte de la Vaulx » après avoir franchi 3.173 kilomètres depuis Saint Louis du Sénégal. L’Aéropostale aligne 200 avions, 17 hydravions et 1.500 employés, dont 51 pilotes. Le 13 juin, accident de Guillaumet dans les Andes. Alors qu’il effectue sa 92 ème traversée de la Cordillère, le pilote doit se poser en catastrophe au bord de la Laguna Diamante. Contraint d’abandonner son avion, il entreprend de redescendre seul à pied. Ce sont quatre jours de supplice dans un désert de pierres et de neige glacée. Le 3 septembre, Costes et Bellonte traversent l’Atlantique Nord en 37 heures 18 minutes, sur un avion spécialement transformé pour le raid, un Bréguet XIX baptisé "Point d’Interrogation".

1931

La crise de 1929 finit par avoir raison de l’aéropostale. La compagnie est mise en liquidation. Raoul Dautry, partisan de l’unification des compagnies aériennes françaises, est nommé Président du Conseil d’Administration de l’Aéropostale.

1932

La nouvelle direction de l’Aéropostale renvoie Didier Daurat, l’homme des premiers jours. Mermoz rencontre René Couzinet, le pilote souhaite traverser l’Atlantique avec « Arc en Ciel » qui est, grâce à ses trois moteurs, plus rapide et plus sûr. Le 20 mai : première traversée de l’Atlantique Nord par une femme, Amélia Earhart, sur Lockheed Vega.

1933

Le 17 janvier, Mermoz traverse l’Atlantique Sud en 14 heures 27 minutes seulement à bord de « Arc en Ciel ». René Couzinet est passager. La vitesse moyenne du vol est de 203 km/h. Parti de Saint-Louis du Sénégal le 16 janvier à 4h55, arrivé à Natal le soir même, l’avion redécolle le 17 pour Rio, où il arrive à 18h40. L’ « Arc en Ciel » poursuit son vol vers l’Argentine et Montevideo. Cette tournée triomphale, qui aurait dû modifier le cours de l’histoire de l’Aéropostale et celui de la carrière de Couzinet, ne portera pas ses fruits. Affaiblie par la crise de 1929, l’Aéropostale est absorbée en 1933 par la Société centrale pour l’exploitation de lignes aériennes (Scela), qui donnera naissance, le 30 août 1933, à Air France.

1934

Mermoz est fait commandeur de la Légion d’Honneur. Un nouvel hydravion, le Laté 300, entame ses vols long-courriers, et il bat de record du monde de distance en ligne droite pour hydravion. La française Hélène Boucher, l’une des rares aviatrices à pratiques des raids et des courses de vitesse, disparaît lors d’un vol d’entraînement sur Caudron Rafale, un avion de course.

1935

Guillaumet établit un nouveau record sur l’Atlantique Sud, en 13 heures 37 minutes, à bord du Farman 220 Centaure, un avion terrestre. Mermoz, nommé inspecteur général d’Air France, participe aux essais en vol d’un hydravion géant, le Laté 521 « Lieutenant de Vaisseau Paris ».

1936

Le 10 février, Collenot, le mécanicien de Mermoz, disparaît dans l’Atlantique à bord d’un hydravion, le Laté 301 « Ville de Buenos Aires ». Quelques mois plus tard, le 7 décembre, lors d’un vol à destination du Brésil, Mermoz et son équipage sombrent à leur tour dans l’océan à bord du Laté 300 « Croix du Sud ». Le 6 mai a lieu la première traversée commerciale de l’Atlantique Nord par le dirigeable allemand Hindenburg, en 61 heures et 53 minutes. Cinquante-deux passagers voyagent à son bord.
30 décembre : Maryse Bastié dédie son raid sur l’Atlantique Sud à la mémoire de Mermoz, 12 heures 10 minutes en solitaire, sur un Caudron C 635 Simoun.

1939

Début de la seconde guerre mondiale. Pour la première fois, l’action de l’aviation va être déterminante dans un conflit. On sait désormais qu’une bataille se gagne ou se perd dans les airs.

1940

Le 2 juillet, les vols ayant été interdits par les allemands, Marcel Reine effectue la dernière liaison postale sur l’Atlantique Sud à bord du Farman 2200 « Ville de Natal ». Le 27 novembre, Henri Guillaumet, qui convoyait une personnalité vers le Liban, est abattu en Méditerranée alors qu’il traversait une zone de conflit entre les italiens et anglais, au large de la Sicile. Saint Exupéry s’installe aux Etats-Unis. Malgré ses 44 ans, il rejoindra finalement les forces aériennes françaises libres pour se battre.

1943

Pierre-Georges Latécoère disparaît le 10 août à l’âge de 60 ans.

1944

Ruiné, Marcel Bouilloux-Lafont s’éteint à Rio le 2 février. Saint Exupéry, dernier survivant de la Ligne, disparaît entre la France et la Corse lors d’une mission de reconnaissance.

1945

Signature de l’armistice. Les performances des avions ont évolué à une vitesse vertigineuse : à la fin de la guerre, des chasseurs à hélice surpuissants flirtent avec les 700 km/h.

1946

Le 13 juin, pour la première fois, un avion Air France relie en direct la France à l’Argentine.

1948

Le 28 août, Air France rétablit la ligne entre Paris et Santiago du Chili.

1956

Le 16 décembre, René Couzinet, ruiné, et son épouse (ex-Mme Mermoz) se suicident.

1969

Le 2 décembre, Didier Daurat s’éteint à l’âge de 78 ans.

 

Source : Aéroport de Lyon Saint-Exupéry