Des «Poilus» qui sont devenus «Aviateurs» au cours de la Première Guerre mondiale.

    Vous trouverez, dans le fichier suivant, par ordre chronologique, un historique sur les «Poilus devenus Aviateurs au cours de la Première Guerre Mondiale» qui sont originaires, ayant vécus, décédés ou inhumés dans le département : RHÔNE.

    ALEXANDRE, Pierre, né le 17 avril 1886 à Craponne sur Arzon (Haute-Loire). Fils  de Jean-Marie et de Louise Malapert demeurant à Craponne sur Arzon. Pierre Alexandre, marié et père de famille, exerce le métier de bijoutier-joaillier et demeure 47 quai de Caluire à Caluire (Rhône), lors de sa mobilisation le 15 novembre 1914. Il s'engage au 14ème Train des Equipages, puis passe dans l'aviation le 15 juillet 1915, en tant qu'élève-pilote. Breveté pilote le 15 octobre 1915, le sergent Alexandre est affecté dans diverses unités dont l'escadrille C 4 en Roumanie et sera nommé adjudant le 1er avril 1917.  Il revient en France en convalescence le 3 avril 1918. Affecté au 2ème Groupe d'Aviation, GDE, l'adjudant-pilote Alexandre décède, en service aérien commandé,  lors de la chute de son avion dans la région de Prunay le Gillon (Eure et Loire) le 6 juin 1918.

    AMBROGI Marius, Jean-Paul, né le 6 juin 1896 à Marseille (13), demeurant à Lyon. Engagé au 14ème COA, passé dans l'aviation le 20 février 1916, breveté pilote le 15 septembre 1916, affecté à l'escadrille N 507 le 3 février 1917, puis à l'escadrille SPA 90 où il obtient 14 victoires (3 avions et 11 drachen 'ballons'). Il passe officier en 1918 et quitte l'Armée en 1920. Il est de nouveau mobilisé, en 1939, et est le commandant en second du Groupe 1/8. Il obtiendra une victoire aérienne le 10 juin 1940. Président de l'Aéro-club de Provence, Vice-président des As et Président du Groupement des Vieilles Tiges de la région de Marseille. Marius, Jean-Paul Ambrogi s'éteint à Marseille le 24 avril 1971 

    ANGELIER François, Joseph, né le 14 août 1893 à Lyon, demeurant à Lyon 6ème, maréchal des logis, observateur à l'escadrille C 220. Est abattu par l'ennemi au nord-ouest de Verdun (55), le 17 août 1917.

    ARGAUD Jean, Enoc, né le 24 juillet 1897 à Lyon, demeurant à Oullins. Appelé le 17 juin 1915 au 2ème groupe d'aviation à Bron, en tant que conducteur auto, breveté pilote le 21 juillet 1916, caporal pilote à l'escadrille 215. Meurt dans la chute de son avion dans la région de Rosnay (51), le 28 avril 1917.

    AUDENIS Charles, né le 18 février 1889 à Saint Romain au Mont d’Or (69). Après des études techniques à l’Ecole de la Martinière à Lyon, Charles Audenis suit les cours d’ingénieur de l’Ecole des Arts et Métiers de Cluny. En 1911, il quitte sa situation dans l’industrie pour entrer comme simple mécanicien à l’Ecole Nationale d’Aviation à Bron. Vite remarqué pour son habileté, il en devient le chef-mécanicien. Elève-pilote dans cette école, il est breveté pilote, le 9 mars 1912 avec le numéro 788. Avec son ami Jean Jacob, il construit un biplan à moteur Gnôme de 50 CV avec lequel il participe à de nombreux meetings régionaux. Au cours de la Première Guerre mondiale, tout d’abord moniteur-pilote à l’Ecole de pilotage de Chartres, où il forme 90 élèves-pilotes (Lufbéry, Coste et Henri Lumière, entre autres), il passe ensuite  quelques mois en escadrille où sa bravoure est récompensée par la Médaille Militaire et la Croix de Guerre. Il est mis  en sursis pour construire un biplan muni d’un moteur Clerget de 130 CV, qui hélas, n’est pas retenu. En 1918, en compagnie de Beaucourt et de Jacob, il conçoit un biplace de combat muni d’un moteur Hispano de 300 CV, aux lignes très modernes. Son appareil est incendié accidentellement!… à la veille de sa présentation à la commission de réception. C’est une épreuve terrible pour Charles Audenis qui apprend que son ami Jacob vient d’être descendu par un chasseur allemand.
La paix revenue, il reprend une activité aérienne à Ambérieu en Bugey, en concevant un avion-école et des hydroglisseurs fluviaux. En 1927, il assure les fonctions de chef-pilote au Centre d’Entraînement des pilotes civils à Bron, puis à Nîmes, pour le compte de la Compagnie Française d’Aviation. C’est alors qu’il est frappé par la poliomyélite qui le rend infirme de ses bras, et l’empêche de construire l’aile volante qu’il avait conçue. Cruellement éprouvé par la vie, courageux, tenace, resté pauvre, mais infiniment digne, Charles Audenis personnifie le type même du pionnier de l’aviation naissante et de ces chercheurs à qui, il ne manque peut-être, qu’un peu de chance pour pouvoir donner toute leur mesure. Médaille de l'Aéronautique en 1954, Vieilles Tiges  n° 143 du 12 juin 1953.
Charles AUDENIS s’éteint, le 9 mars 1962, à l’âge de 73 ans.

    AVRIL Léon Gabriel, né le 28 février 1891 à Lyon, demeurant à Lamastre (07). Passé à l'aviation le 13 septembre 1915, breveté pilote le 18 juillet 1918, affecté aux escadrilles MF 36; C 13, MF 8, MF 221, lieutenant le 15 mars 1917, 4 citations.

    BALVET, Gabriel, Camille, né à Lyon. Sous-lieutenant à la 141ème escadrille. Disparu au cours d'une mission aérienne le 31 mars 1918 dans la région de Montdidier (Somme).

    BAILLY André, caporal à la section technique.

    BARJOT François, Louis, né le 11 décembre 1888 à Lyon. En 1914, tailleur d'habits, appelé le 25 février 1915 au 3ème Régiment de Chasseurs à cheval, passé dans l'aéronautique le 27 décembre 1916, observateur à l'escadrille N 38, affecté au 2ème Groupe d'aviation le 4 janvier 1917. Décède de maladie le 15 juillet 1918 à l'hôpital complémentaire de Chartres, est inhumé au cimetière de Chartres.

    BATY Claudius, Marcel, né le 29 octobre 1893 au Chambon-Feugerolles (42), demeurant à Villeurbanne. Passe dans l'aviation le 1er janvier 1918 comme 1ère classe mitrailleur.

    BEAUNE Louis, Marie, Henri, né le 2 mai 1893 à Ecully (69). Passe dans l'aviation le 19 septembre 1915 à l'escadrille N 68. Sous-lieutenant observateur, puis lieutenant pilote à l'Armée d'Orient.

    BERLION, Léon, Marius, né à Lyon. Soldat à la 132ème escadrille. Meurt de maladie contractée au service le 21 octobre 1918 dans la région de Saint Dizier (Haute-Marne).

    BERLIOZ, Joanny, né le 12 mars 1891 à Lyon.
Ingénieur de formation - Engagé volontaire pour 3 ans au 18eme RAC, le 3 septembre 1909. Réformé, le 3 mars 1910 - Incorporé le 9 octobre 1912 - Nommé Brigadier, le 17 février 1913 - Nommé Maréchal des Logis (Sgt), 8 novembre 1913 - Libéré, le 1er avril 1914 - Rappelé en activité au 6ème RAC de Valence, le 2 août 1914 - Nommé sous-Lieutenant de réserve, le 11 octobre 1914 - Passé à l'aviation, le 23 mars 1915 comme observateur - Observateur puis pilote de l'escadrille MF 1 du 23 mars 1915 au 1er mars 1919 - Une citation à l'ordre du régiment, en date du 12 juin 1915 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 20 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2021 en date du 28 novembre 1915 - Une citation à l'ordre du 2ème régiment d'artillerie en date du 25 mai 1916 - Nommé Lieutenant, le 11 octobre 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 25 novembre 1916 - Commandant l'escadrille SAL 1 du 5 septembre 1917 au 10 mars 1919 - Passe dans l'armée d'active, le 16 décembre 1917 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 20 mars 1918 - Nommé capitaine à titre temporaire, le 4 juillet 1918 - 734 heures de vol - Une citation à l'ordre de l'armée, le 7 février 1919 - Croix de Guerre 1914-1918 - Chevalier de l'ordre de Saint-Stanislas de Russie - Affecté à la mission aéronautique aux Etats-Unis, le 1er mars 1919 - Désigné comme professeur d'aviation appliquée et chef du service aéronautique à l'école militaire d'artillerie de Fontainebleau, le 28 avril 1919 - Congé sans solde de 3 ans, le 1er novembre 1919 - Passé au 35ème régiment d'aviation, le 23 septembre 1920 - Démissionnaire, le 24 décembre 1925 - Capitaine de Réserve à titre définitif, le 13 juillet 1927.  Citation à l'ordre du régiment en date du 12 juin 1915 : "Slt Joanny Berlioz, escadrille MF1, observateur d'artillerie, a fourni un travail intensif pendant les journées du 9 au 25 mai et a donné au commandement des renseignements précis qui ont valu à l'escadrille une citation à l'ordre de l'armée." Citation à l'ordre de l'armée en date du 20 juillet 1915 :"A fait preuve de brillantes qualités comme observateur d'artillerie. A plusieurs fois donné la chasse au cours de ses reconnaissances à des avions ennemis et les a poursuivis jusqu'à leurs terrains d'atterrissage."  Citation à l'ordre du 2ème régiment d'artillerie en date du 25 mai 1916 : "S'est distingué à plusieurs reprises pour les réglages des batteries du 2ème régiment d'artillerie sur les batteries allemandes, notamment les 21 et 22 mai, s'est montré observateur de premier ordre, méprisant le danger et continuant ses réglages malgré la présence de plusieurs avions de chasse ennemis."  Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée en date du 25 novembre 1916 : "Officier observateur d'une haute conscience, d'une habileté consommée et d'une endurance à toute épreuve. S'est dépensé sans compter pendant les affaires de mai, juin et septembre 1915. Au cours de la bataille de Verdun, chargé d'assurer le service d'une nouvelle artillerie divisionnaire, s'est mis en liaison avec les groupes sous les bombardements les plus sévères et a effectué pour eux plus de vingt réglages en deux jours dans des circonstances très difficiles. Au cours des réglages de septembre 1916, a obtenu des résultats exceptionnels en assurant à l'entière satisfaction du commandement, une liaison absolue avec l'artillerie et l'infanterie, et en continuant ses réglages de tir malgré de durs combats contre les avions ennemis. Déjà trois fois cité à l'ordre."   Citation à l'ordre de la 7ème armée en date du 20 mars 1918 : "Commandant une escadrille. Est pour son unité un exemple de courage et de sens du devoir, en se réservant chaque jour les missions les plus périlleuses. Le 6 décembre 1917, attaque les tranchées ennemies à la mitrailleuse. Le 25 janvier 1918 au cours d'un vol de protection, soutient un combat très dur contre un avion de chasse ennemi qu'il abat en flammes."  Citation à l'ordre de l'armée en date du 7 février 1919 : "Escadrille SAL 1. Vieille escadrille d'élite, qui s'est distinguée brillamment depuis juillet 1916, sous l'énergique impulsion de ses chefs, le capitaine Meiffre, mort en combat aérien, et le Capitaine Berlioz. En particulier, au Chemin des Dames (1er au 30 juillet 1917), dans l'affaire du Shonholz (le 7 novembre 1917). Pendant la bataille de l'Oise (en avril 1918) à Verdun (en octobre 1918), a pris une part glorieuse aux actions où fut engagé le 33ème corps d'armée, assurant avec succès, dans des conditions matérielles difficiles, les préparations d'attaque et les liaisons d'infanterie. A constamment été pour celle-ci un précieux appui moral, en la soutenant par de nombreux avions mitrailleurs."

    BERLOT Henri, né le 25 juin 1890 à Lyon.
Breveté pilote le 23 mars 1911, n° 450 à l'Ecole Nationale d'Aviation à Bron. Breveté pilote militaire le 27 juin 1915, le sergent Berlot est affecté successivement aux escadrilles V 27, N 57 et 387 S. Il décède au Congo lors d’une partie de chasse, le 13 décembre 1920.

    BERNARD Auguste, né le 28 avril 1885 à Lyon.
Ingénieur, Breveté pilote  le 24 mai 1911, n° 505 sur Sommer. Lieutenant pilote commandant l’escadrille 547. 

    BERNARD Emile, né le 26 avril 1890 à Lyon. Breveté pilote militaire en 1915 au Camp d'Avord sous le n° 2702, sergent pilote à l'escadrille B, ultérieurement il sera technicien réceptionnaire d'avions. Vieilles Tiges, n° 7, en date du 15 septembre 1945. En 1960, doyen des pilotes de la région, il assure les fonctions de Secrétaire adjoint du Groupement Joseph Dumas des Vieilles Tiges de 1951 à 1961. Médaille de l'Aéronautique en 1963. Emile BERNARD décède le 28 février 1965.  

    BERNARD Elie Claude, né le 19 février 1888 à Lyon, demeurant à Lyon. Maréchal des logis, pilote au 1er Groupe d'aviation. Mort dans la chute de son avion dans la région de Chateauroux (36), le 18 juillet 1917.

    BERNASCON, Fernand, soldat au 1er Groupe d'aviation.

    BERNE Pierre, né le 12 août 1897 à Chassagny (69), demeurant à Lyon. Venant du 2ème Groupe d'aviation le 15 juillet 1915, Sergent pilote à l'escadrille 218.

    BERTIN Marcel, adjudant

    BERTRAND, Joseph, Marcel, né à Lyon. Aspirant à la 282ème escadrille. Décédé à la suite de ses blessures le 5 octobre 1918 àl'Hôpital du Mans ( Sarthe).

    BIANCO Placide Alexandre, né le 11 juillet 1897 à Genève (Suisse), demeurant à Lyon. 2ème classe mécanicien au 2ème Groupe d'aviation à Bron.

    BIZOUARD Maurice, né le 7 juillet 1893 à Briançon (05), Ingénieur des Arts et Métiers demeurant à Saint Genis les Ollières (69). Le 1er octobre 1917, lieutenant  observateur au 1er Groupe d'aviation.

    BLAIN Edouard, sergent au 2ème Groupe d'aviation

    BLANCHAIN Henri, lieutenant aviateur. 

    BLANCHON Henri, Roger, né le 30 octobre 1891 à Lyon. 
Fils de Henri Blanchon et de Mme Descandes - Profession avant guerre étudiant - Entré en service actif au 97ème régiment d'infanterie de Chambéry, le 7 octobre 1911 - Observateur de l'escadrille C 51 - Brevet de pilote militaire n° 2016 obtenu le 28 novembre 1915 – Lieutenant, Pilote de l'escadrille C 51 à partir du 28 novembre 1915 jusqu'au 10 juillet 1916, date de sa mort - Tué au combat dans les environs de Herbécourt (Somme), le 10 juillet 1916 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée, le 6 septembre 1915. "Excellent observateur qui a fait preuve à maintes reprises de remarquables qualités de sang-froid et d'audace. Le 6 septembre 1915, a attaqué au-dessus de S. un avion allemand armé de 2 mitrailleuses, n'a abandonné la lutte que lorsque son avion criblé de balles et le moteur sérieusement atteint ont forcé le pilote à venir atterrir dans nos lignes."

    BONNIN, Jules, Marie, né le 3 janvier 1896 à Lyon 6ème. Soldat au 2ème Groupe d'aviation à Bron, Parc 101, Aviation d'Italie.

    BOULADE Edouard, 2ème Groupe d'aviation.

    BOUR Louis, sous-lieutenant à l'aéronautique militaire.

    BOURDIN Jean, né le 28 août 1894 à Echallas, est agriculteur à Montmain, lorsqu'il est appelé le 6 septembre 1914 au 134 ème Régiment d'infanterie. Affecté au 256 ème Régiment d'Infanterie, il passe dans l'aviation le 10 mai 1918, en tant que mitrailleur au CRP 469.

    BOUTAN André, François, Marie, né le 18 août 1895 à La Romière (32), demeurant 53 Boulevard des Belges à Lyon 6ème. Engagé volontaire dans l'artillerie le 27 août 1914, passé dans l'aviation le 2 novembre 1916, breveté pilote le 17 mars 1917.  

    BOZON-VERDURAZ Benjamin, né le 22 mai 1889 à Saint Etienne de Cuines (73), Industriel lyonnais. Passe à l'aviation le 19 septembre 1915, breveté pilote le 19 janvier 1916, lieutenant affecté  à l'escadrille C 11, N 3, commandant l'escadrille SPA 94 le 1er mars 1918, termine la guerre avec 683 heures de vol, 11 victoires, 9 citations. Benjamin Bozon-Verduraz décède le 21 juin 1942.

    BRUN André, sous-lieutenant observateur à l'escadrille C 10.

    BRUNON Jean-Emile, sous-lieutenant à l'escadrille CAP 130

    CARNOY Charles, Emile, né le 6 novembre 1887 à Ploemeur (56), demeurant à Lyon. Sergent aviateur au Centre d'Avord, mort dans la chute de son avion dans la région d'Avord, le 10 septembre 1914.

    CARUS, François, Hugues, est né le 10 juin 1886 à Amplepuis.
Fils de Claude, Antoine et de Joséphine Cleyet domiciliés à Velanne(Isère). Alors qu'il appartient au recrutement de Bourgoin (Isère), François Carus s'engage le 21 octobre 1904 au 6ème Régiment d'Artillerie, canonnier conducteur de 2ème classe, brigadier en septembre 1905, maréchal des logis en septembre 1916, maréchal des logis fourrier en mars 1909, maréchal des logis mécanicien en janvier 1910. En décembre 1910, il se marie à Villié-Morgon. Il passe dans l'aviation le 10 juin 1912 en tant qu'élève-pilote, et sera breveté civil le 26 septembre 1912 sous le n° 1040, et breveté pilote militaire le 9 mars 1913. En mai 1913, il est affecté à l'escadrille MF 20 du Centre de  Bron puisque le 30 juillet il se pose avec son biplan MF 70, près de l'église de Saint Geoirs en Valdaine  (Isère), où réside son père. Le 19 août 1914, le maréchal des logis Carus est promu adjudant, et appartient probablement à l'école de pilotage de Reims, avant d'être affecté comme pilote à l'escadrille C 39. Promu Lieutenant le 4 octobre 1916, il est affecté à la Réserve Générale Aéronautique (RGA). Capitaine en septembre 1922. Il est très probable qu'il a fait carrière dans l'aviation militaire où il fut victime d'un grave accident (mis en congé définitif à partir de juillet 1930).  Médaille Militaire en 1913, Croix de Guerre avec 2 palmes, Citation à l'ordre de l'armée en septembre 1916 avant d'être fait Chevalier de la Légion d'Honneur en décembre 1916. François Carus fut un ami intime de Pégoud, originaire de Montferrat, et au cours de la guerre, il fut le compagnon d'arme à l'escadrille 39, du caporal-pilote Charles Carlin, originaire de Saint Cassien. En 1938, François Carus est retiré au Cros de Cagnes (Alpes Maritimes).

    CATHELIN François, Pierre, né le 7 février 1890 à Villeurbanne (69). Maréchal des logis, observateur au 2ème Groupe d'aviation, escadrille VB 107, meurt dans la chute de son avion dans la région d'Esquennoy (60) le 15 mars 1917.

    CATHELIN Pierre, Félix, né le 10 février 1894 à Lyon. Architecte. Débute la Première Guerre mondiale au 97ème Régiment d'Artillerie. Passe dans l'Aviation le 2 décembre 1915. Breveté pilote le 14 avril 1916. Sous-lieutenant pilote à l'escadrille Spad 154 est abattu en combat aérien à Bois-Mongival (60) le 2 mai 1918. Une rue de Lyon 2ème, dans laquelle il habitait, porte son nom.

    CATHELIN André, Aimé, Guy, né le 22 décembre 1896 à Lyon, demeurant à Lyon 6ème. Passe à l'aviation le 11 novembre 1916, breveté pilote le 19 mars 1917, sergent pilote à l'escadrille N  96.

    CAUDRON Alphonse, dit Gaston, né le 18 janvier1882 à Favières (80), demeurant à Lyon. Pilote et constructeur d'avion, il trouve la mort à Bron lors des essais d'un prototype, le 12 décembre 1915.

    CHAMBE, René, Michel, Jules, né le 3 avril 1889 à Lyon. Fils d'Emile Chambe et de Berthe Chantillin - Engagé au 10ème régiment de Hussards de Tarbes, le 6 octobre 1908 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er octobre 1913 - Mobilisé au 20ème régiment de Dragons, le 2 août 1914 - Campagne d'Alsace-Lorraine en août 1914 - Bataille de la Marne - Opération de l'Yser en Belgique - Passe à l'aviation comme observateur, le 3 décembre 1914 - Observateur de l'escadrille D 6 du 15 janvier 1915 au 5 mars 1915 - Observateur de l'escadrille MS 12 du 5 mars 1915 en novembre 1915 - Nommé Lieutenant, le 11 mai 1915 - Elève-pilote à partir de novembre 1915 - Brevet de pilote militaire n° 2710 obtenu le 20 février 1916 - Nommé capitaine, le 25 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 1 de Roumanie jusqu'au 24 mars 1918 - Blessé en combat aérien en août 1917 - Adjoint au commandant de l'aéronautique du 10ème corps d'armée à partir du 24 avril 1918 - Commandant de l'aéronautique du 10ème corps d'armée - Officier d'état-major, chargé des questions d'aéronautique au 14ème corps d'armée - Chef d'état-major du groupement d'aviation de bombardement - Sous-chef de cabinet, chargé des questions d'informations et d'expansion aérienne en 1934 - Comme lieutenant-colonel, crée le service historique de l'armée de l'Air en 1936 - Directeur des études à l'Ecole de l'Air - Commandant de la 35ème escadre de bombardement de nuit à Lyon en 1938 - Ministre de l'information du gouvernement provisoire d'Afrique du Nord du général Giraud - Chef du cabinet militaire du général Giraud, le 1er juin 1943 - Décède à Baudinard-sur-Verdon, le 24 novembre 1983 - Grand Croix de la Légion d'Honneur - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 5 avril 1915 - Croix de Guerre 14-18 - Croix de Guerre 39-45 - Médaille de la Résistance - Médaille des Evadés - Médaille Russie - Médaille Roumanie - Citations à l'ordre de l'armée le 5 avril 1915 et 25 juillet 1917 - Citations à l'ordre du régiment le 1er octobre 1914 et 7 octobre 1917 : "A donné la mesure de son audace et de son sang-froid en abattant après un combat presque à bout portant un avion ennemi qui venait de lancer des bombes sur une localité."

    CHAPUT, François, né le 10 février 1893 à Nieul (Haute-Vienne).
Fils de Georges et de Anne Laroche demeurant à Nieul. A 18 ans, François Chaput s'engage le 5 septembre 1911 au 20ème Régiment de Dragons où il est nommé brigadier en novembre 1913, puis maréchal des logis en mai 1914. Il est marié et probablement mécanicien d'avion lors de sa mobilisation le 3 août 1914, il est affecté au 18ème Régiment de Dragons, où il est cité à l'ordre de l'Armée le 7 août.

«Le 7 Août, le Régiment entre en Alsace et arrive au Sud d'Altkirch. Un combat s'engage au cours duquel se produisent les incidents ci-dessous : Le Sous-lieutenant Walkenabe, le Maréchal des Logis Chaput, le Brigadier Devillers et le Maréchal Chesneau, de la Section de Mitrailleuses, restent sous le feu de l'Artillerie pour atteler une de leurs pièces et la ramener au Régiment. Le Cavalier Chesnau après avoir coopéré à l'enlèvement de la pièce ci-dessus, revient sur le terrain pour relever le Colonel du 11ème Dragons, grièvement blessé, et avec l'aide d'un camarade, le transporte en dehors de la zone de feu. Le Cavalier Barry, ayant eu son cheval tué sous lui, s'empare d'une bicyclette pour rejoindre le Régiment. Ne le trouvant pas, il se met dans les rangs du Groupe Cycliste de la Division, combat avec lui, faisant l'admiration de tous par son courage et son entrain. II est blessé le soir du combat d'Altkirch. Tous ces Gradés et cavaliers sont cités. Barry reçoit la Médaille Militaire.»

Puis, le Maréchal des Logis Chaput est affecté au 108ème Régiment d'Infanterie, où il est cité à l'ordre de la brigade le 16 avril 1917. Il passe passe dans l'aviation, en  tant qu'élève-pilote le 31 août 1917. Il suit les affectations à Dijon, Chartres, Chateauroux, Avord, Le Crotoy, sera breveté pilote le 16 novembre 1917 et affecté à l'escadrille Sop 238  le 1er mars 1918,

L'escadrille de reconnaissance SOP 238 est créée à Vadelaincourt (Meuse)le 31 mars 1918 suite au dédoublement de la SOP 226. Elle prendra le nom de Br 238 le 29 mai.

A l'issue de sa convalescence, suite à un accident d'avion, il est affecté au C.I.A.O le 20 octobre 1918 puis à Dijon. Le 5 décembre 1918, il est nommé adjudant-pilote d'active. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est affecté au parc d'aviation n°31, puis de 1920 à 1924 sur le terrain de Tours et ultérieurement sur celui de Dugny-Le Bourget.  Le 12 janvier 1926, l'adjudant-chef Chaput est décoré de la Légion d'Honneur. Puis, il quitte la vie militaire pour devenir inspecteur au PLM (Compagnie ferroviaire de Paris-Lyon-Marseille). Sur la recommandation d'un ancien collègue de guerre, il prend la direction de la raffinerie d'essence Antar à Paris-Saint Denis, puis du dépôt pétrolier d'Avignon-Le Pontet et de Lyon-Saint Priest. Dans le début des années 50, à sa retraite, il se retire à Chassieu où il tient un bar-tabac puis assure un service de taxi-ambulance. Membre des Vieilles Tiges au Groupement Joseph Dumas sous le n° 26 dans les années 50, François Chaput décède à Chassieu en septembre 1966.

    CHAZARD,  Dominique, né le 13 août 1888 à Lyon. Fils d'Emile Chazard et de Marie Oderut - Profession avant guerre, industriel - Engagé au 6ème régiment d'artillerie, le 29 avril 1907 (service militaire) - Mobilisé au service automobile du 14ème régiment du train des équipages, le 4 août 1914 - Passe à l'aviation comme sous-officier (adjudant) de parc d'aviation de la 7ème armée, le 18 février 1915 - Une citation à l'ordre de l'aéronautique en juin 1915 - Bombardier / mitrailleur de l'escadrille VB 112 du GB 4 du 1er décembre 1915 au 21 juillet 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée pour le bombardement de Stuttgart en octobre 1916 - Sélection PN à l'école d'aviation militaire de Dijon - Brevet de pilote militaire n° 8937 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Istres, le 29 septembre 1917 - Stage de Haute Voltige à l'école d'aviation militaire de Pau - Nommé moniteur sur Nieuport à l'école d'Istres-Miramas - Pilote de l'escadrille SPA 12, du 22 juillet 1918 jusqu'au 1er trimestre 1919 - Croix de guerre 14-18.

    CELLE Jean-Eugène, né le 7 décembre 1897 à Saint Etienne (42), demeurant à Lyon. Observateur-bombardier à l'escadrille SV 107, meurt en combat aérien à Mont d'Origny (02), le 17 octobre 1917. 

    CESTIER Pierre, maréchal des logis, ingénieur aux constructions aéronautiques Louis Clément.

    CHABERT Charles, caporal pilote à l'escadrille C 13.

  CHABUEL Jean-Marie, né le 8 janvier 1891 à Lyon 6ème, demeurant à Lyon. Lieutenant pilote au 1er Groupe d'aviation, meurt d'une fracture du crâne à la suite de la chute de son avion face à l'ennemi à Vaulaincourt (55), le 21 juin 1916.

    CHALON Paul, sous-lieutenant à la Réserve Générale.

    CHAMBE René, Michel, Jules, né le 3 avril 1889 à Lyon 2è. René Chambe s’engage à 18 ans au 10ème Régiment de Hussards. Il est promu sous-lieutenant, le 1er Octobre 1913, à sa sortie de l’Ecole de Saumur. Est affecté dans l’Aéronautique militaire le 3 décembre 1914. Le sous-lieutenant CHAMBE, en tant que mitrailleur à l'escadrille MS 12, abat son premier avion allemand, le 1er avril 1915, Pelletier-Doisy pilotait l’appareil. C’était la quatrième victoire aérienne de la guerre. Promu Lieutenant, il passe son brevet de pilote militaire le 15 février 1916, et prend le commandement d’une escadrille. Désigné pour le front des Balkans, il met en place l’aviation de chasse roumaine. Nommé capitaine, le 25 Décembre 1916, il est blessé lors d’un combat aérien., obtient 2 citations. Nommé Commandant, il assure les responsabilités de Chef d’Etat-Major du Groupement d’Aviation de bombardement. Chargé des questions d’information dans le Cabinet militaire du Ministre de l’Air, il crée le Service Historique de l’Air. Nommé Directeur des Etudes à l’Ecole de l’Air, puis Colonel, il prend à Bron au printemps 1938, le Commandement de la 35ème Escadre de bombardement. En juillet 1940, il est placé en congé du personnel navigant avec les étoiles de Général. Dès 1929, il débute une carrière d’écrivain. Avec un total de 23 livres, de très nombreux articles dans la  presse, diverses revues et de nombreuses conférences, il traite du domaine de l’air et de l’aviation. Le Général CHAMBE décède, le 24 novembre 1983, à l’âge de 94 ans.

    CHAMOUTON Claudius, François, Albert, né le 14 décembre 1888 à Lyon. Ingénieur demeurant à Lyon. Passe à l'aviation le 6 novembre 1916, breveté pilote le 25 septembre 1917, capitaine le 20 décembre 1917, est affecté aux escadrilles MF 16, C 34, F 211, et F 7 en tant qu'observateur :          3 citations.  

    CHASSAIGNON Marcel, Marie, Alexandre, né le 11 octobre 1887 à Lyon, demeurant à Lyon.  Sergent secrétaire à l'escadrille C 64.

    CHAZARD Dominique, Marius, né le 13 août 1888 à Lyon, Industriel lyonnais. Passe à l'aviation le 18 février 1915, adjudant le 21 juin 1916, breveté pilote le 10 octobre 1917, est affecté aux escadrilles VB 112 et MF 29.

    CHRISTY Antonin, adjudant au 2ème Groupe d'aviation

  CLEMENT Louis, Marius, né le 28 juin 1899 à Lyon 6ème, demeurant à Lyon. Passe dans l'aviation le 1er octobre 1917, breveté pilote le 1er janvier 1918, brigadier pilote à l'escadrille SOP 280, mort de ses blessures à Couperles (51), le 12 avril 1918. 

    CLOZEL Charles, capitaine, élève pilote de chasse.

    COCHET,  Maxime, né le 9 février 1897 à Lyon. Téléphoniste au 2ème Groupe d'aviation à Bron.

    COCHET Anthelme, Pierre, né le 22 mai 1897 à Oullins (Rhône). Passe à l'aviation 11 novembre 1916, breveté pilote le 19 mars 1917,  sergent pilote aux escadrilles SOP 105 et BR 250.

    COLLOMBIN,  Joseph, né le 12 janvier 1895 à Lyon. Soldat mécanicien à l'escadrille V B 114 et SPA 9.

    CONTAMIN Antoine, Marie, Victor, né le 10 juin 1896 à Lyon 4ème, demeurant à Lyon. Médecin aide-major au 1er Régiment d'aérostiers, meurt lors d'un accident d'automobile en service commandé à La Chapelle sous Rougemont (91), le 1er juillet 1916.

    CORDIER Victor, médecin aide-major au 26ème Régiment d'aérostiers.

    COTE-REBE André, aviateur au 2ème Groupe d'aviation.

    CUVILLIER Victor, Francisque,André, né le 21 juin 1888 à Lyon 2ème, industriel lyonnais. Lieutenant pilote au 2ème Groupe d'aviation, escadrille 53, disparu au cours d'une mission photographique dans la Vallée de la Py (51), le 2 décembre 1916.

    DAMIRON Paul, 2ème Groupe d'aviation, escadrille VB 109.

    DAMOUR Pierre, Louis, Vincent, né le 10 décembre 1895 à Lyon. Passe à l'aviation le 22 août 1916, soldat secrétaire au 2ème Groupe d'aviation.

    D'ANGLE JEAN-CHATILLON, Guy, Marie, né à Lyon. Lieutenant observateur à la 126ème escadrille. Meurt en combat aérien le 11 juin 1918 à Sacy le Grand (Oise).

    DECOEUR Albin, sergent au 1er Groupe d'aviation

    DELAISEMENT, Marius, Pierre, né à Lyon 6ème. Soldat à la 408ème escadrille. Décède le 17 octobre 1918 à Itea (Grèce).

    DELANNEY Emmanuel, Henri, né le 24 janvier 1893 à Paris (75), avocat lyonnais. Passe à l'aviation le 1er décembre 1916, breveté pilote le 24 avril 1917, est affecté au 2ème Groupe d'aviation.

    DELORME, Marie, Frédéric, Henri, né le 19 septembre 1896 à Lyon. Affecté au 54ème Régiment d'Infanterie.  Aspirant observateur à l'escadrille Spad 20. Décède de ses blessures de guerre le 6 mars 1918 à l'ambulance de Dannemarie (Haut-Rhin).

    DELORME Philippe, né le 4 février 1898 à Lyon. Passé dans l'aviation le 1er novembre 1917, brigadier,  breveté pilote civil  n° 10760 le 30 juillet 1918,  brevet pilote militaire n° 11167 le 31 octobre 1918. Est inhumé au cimetière de Ternay (Rhône).

    DEMANGE Camille, Jean, né le 5 novembre 1896 à Lyon 5ème, demeurant à Sainte Foy lès Lyon (69). Premier mécanicien aviateur au 2ème Groupe d'aviation, escadrille N 3, meurt à la suite de ses blessures à l'hôpital de Dunkerque (59), le 13 juillet 1917.

    DESCHAMPS Henri,  sous-lieutenant élève-pilote.  

    DESCHAMPS  Charles, sergent mécanicien d'aviation

    DEVIENNE Emile, né le 13 mars 1893 à Lyon, breveté pilote n° 921 le 7 septembre 1912. Passe dans l'aviation le 6 août 1914. Sous-lieutenant pilote, est affecté aux escadrilles MS 3, MS 15, N 923, N 31, N 69 Escadrille de Venise, citations le 1er janvier 1916.

    DEVIENNE Jean, né le 24 décembre 1894 à Lyon. Sergent au 2ème Groupe d'aviation du Centre aéronautique de Reims, décède de ses blessures à La Villeneuve le Charleville (51), le 4 septembre 1914.

    DEYDIER Edouard, maréchal des logis aviateur.

    DIETZ Charles, Frédéric, né le 18 décembre 1896 à Lyon. 2ème classe conducteur  de tracteur   aux escadrilles C 213..

    DONNEAUD, Charles, Claudius, né le 23 mars 1895 à Lyon. Architecte. Mobilisé le 16 octobre 1914 au 30ème Régiment d'Infanterie. Engagé spécial en novembre 1916 au 2ème Groupe d'Aviation en tant que secrétaire/photographe. Victime d'une chute, il sera soigné dans les hôpitaux militaires.

    DORDILLY Jean-Marie, né le 22 avril 1890 à Villefranche sur Saône, demeurant à Lyon, pilote civil breveté n°1009 le 6 septembre 1912. Mobilisé en 1914 au 54ème Régiment d'Artillerie, il passe à l'aviation le 8 décembre 1915,  sergent pilote aux escadrilles SM 229,et SM 106..Moniteur à Avord avant d'être détaché aux  Ets. Aéroplanes B.A.J à Lyon.

    DUCHEZ Georges, Antoine, né le 22 août 1896 à Villeurbanne (69), demeurant à Villeurbanne. Caporal au 3ème Groupe d'aviation de l'Armée française en Italie, meurt lors d'un accident de chemin de fer à Modane (73), le 12 décembre 1917.

    DUFOUR-BOURRU Anthelme, Joseph, né le 13 juin 1896 à Lyon 5ème, demeurant à Lyon. Maréchal des logis  mitrailleur au 2ème Groupe d'aviation, escadrille SAL 8, meurt de ses blessures à Gouvieux (60), le 22 juin 1918.

    DUFOUR-BOURRU Jean-Pierre, né le 20 juillet 1892 à Lyon (69) - Fils de Joseph Jean Dufour et de Joséphine Dufour - Domicilés 5, rue Sala à Lyon - Engagé au 140ème régiment d'infanterie, à compter du 24 septembre 1910 - Profession avant guerre Mécanicien serrurier - Passe à l'aéronautique militaire comme élève pilote, le 8 décembre 1913 - Brevet de pilote militaire n° 579 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 2 septembre 1914 - Pilote de l'escadrille MF 2 du 16 novembre 1914 au 14 janvier 1915 – Est affecté à la réserve des pilotes à St-Cyr du 14 janvier au 4 mars 1915 - Pilote de l'escadrille VB 107 du 4 mars 1915 au 22 janvier 1917 - Nommé Adjudant, le 21 avril 1915 - Croix de Guerre et une citation à l'ordre de l'armée, le 12 juin 1915 - Convoyage d'un Voisin du RGA du Bourget vers la VB 107, le 10 octobre 1915 - Une citation à l'ordre du groupe de bombardement, le 13 octobre 1915 - Convoyage d'un Voisin du RGA du Bourget vers la VB 107, le 23 mars 1916 - Convoyage d'un Voisin du RGA du Bourget vers la VB 107, le 26 juillet 1916 - Une citation à l'ordre de l'armée, le 1er janvier 1917 – Est affecté au SFA à compter du 27 avril 1917

    DULAC, Justin, né le 20 octobre 1894 à Lyon 2ème. Engagé pour 3 ans en 1913, après formation, il est envoyé au Maroc, de retour en France du 2 août 1914 au 29 août 1916 (mitrailleur, puis caporal à l'escadrille MS 26), puis retour au Maroc jusqu'en août 1919. Rengagé le 10 juillet 1923,  il est chef des ateliers moteurs, de 1927 à 1939 est nommé adjudant-chef enquêteur technique pour les accidents d'avions à la base aérienne de Bron. Il connaît la drôle de guerre en France avant de se replier sur l'Afrique du Nord. Il participe au débarquement en Provence et à la Libération de la France. Justin Dulac sera démobilisé en 1946, et décède en 1961.

    DURAND, Alexandre, Jules, né le 15 juillet 1894 à Lyon. Ingénieur Electricien. Adjudant moniteur pilote. Il trouve la mort lorsque l'appareil piloté par Charles Pomepui, suite à une panne de moteur, s'écrase au sol sur la commune de Matouges, près de Châlons sur Marne (51), le 28 avril 1917.

    DURAND, Claudius, né le 20 octobre 1893 à Saint Bel (69). Mécanicien mitrailleur  à l'escadrille  C 10 et Parc n° 4.

    DURIEU Camille, 2ème Groupe d'aviation.

    DUSEIGNEUR Edmond, né le 29 décembre 1882 à Lyon. Capitaine, Commandant de l'escadrille   N 87, 3 citations.

    EVIEUX, Francisque, né à Lyon. Soldat à la 15ème escadrille. Il meurt à l'ambulance de Gérardmer (Vosges).

    FANGER, André, adjudant pilote.

    FELIX, Georges, Auguste, né le 18 septembre 1896 à Lyon 3ème, demeurant à Lyon 7ème. Caporal pilote, meurt des suites de ses blessures à Villers-Cottert (02) le 3 juin 1918.

    FICHET, Aimé, aspirant observateur à l'escadrille 240,  3 citations.

    FRANGIN, Paul, Philippe, né le 8 septembre 1896 à Lyon 2ème, demeurant à Lyon. Maréchal des logis, aviateur à la Mission française en Roumanie, meurt dans la chute de son avion le 3 juin 1918.

    FRAPPAZ, Emmanuel Cyprien, né le 26 septembre 1897 à Villeurbanne (69). Soldat mécanicien au 2ème groupe d'aviation de Bron le 7 août 1916.

    FUMAT, Emile, né le 7 juin 1897 à Lyon. Pilote militaire en 1917  brevet de pilote n° 8533. Membre des Vieilles Tiges n°198 du 15 septembre 1986. Décède le 25 juin 1977.

    FUZIER, Camille, Edouard, né le 7 octobre 1879 à Frangy (74), demeurant à Lyon 3ème. Commandant l'Aéronautique de la Xème Armée, meurt de ses blessures de guerre à Courville (51), le 23 juillet 1917 :5 citations.

    GAILLARD, Joseph, Etienne, né le 26 juillet 1883 à Lyon. Sous-lieutenant Ordonnance au Parc aéronautique n° 3 en août 1917 : 9 citations.

    GALLE, André, aviateur au 2ème Groupe d'aviation.

    GALVIN, Auguste, Louis, Marie, né le 19 juin 1895 à Sainte Foy lès Lyon.
Fils de Firmin Galvin et de Clothilde Chevallier - Profession avant guerre Aviateur - Appelé au 1er groupe d'aviation, le 15 décembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 663 à l'école d'aviation militaire d'Avord, le 20 janvier 1915 – Adjudant, Pilote de l'escadrille C 9 du 16 mars 1915 au 3 septembre 1916 - Pilote de l'escadrille F 52 du 3 septembre 1916 au 14 avril 1917 - Pilote de l'escadrille N 49 du 23 avril 1917 au 25 juin 1917 - Tué au cours d'un accident aérien, le 25 juin 1917 à Sermamagny (Haute-Saône) - Médaille Militaire, le 15 octobre 1916 - Croix de Guerre - 2 citations à l'ordre de l'armée en septembre 1915 et 15 octobre 1916. "Rempli de sang-froid et d'audace, toujours prêt à remplir les missions les plus difficiles. S'est particulièrement distingué le 1er septembre 1915 où il a attaqué successivement les nombreux avions allemands venus sur Nancy, empêchant plusieurs d'entre eux de jeter leurs bombes et les forçant de rentrer dans leurs lignes, le soir même est reparti pour aller bombarder une gare en territoire ennemi. Excellent pilote qui a fait preuve, depuis le début de la campagne, de belles qualités de courage et d'audace. le 9 septembre 1916, après avoir attaqué un avion de chasse allemand qu'il a forcé à atterrir, a réussi, grâce à son sang-froid, à ramener au terrain son appareil très gravement endommagé. Déjà cité à l'ordre de l'armée."

    GARCIN, Edouard, François, né le 14 septembre 1884 à Lyon 1er, demeurant à Lyon. Incorporé au 16ème Régiment de Chasseurs. Capitaine pilote commandant l'escadrille AR 14, meurt en combat aérien lors d'une mission photographique à Lesseux (Vosges), le 16 octobre 1917.

    GARDE, Jérôme, né à Lyon. Soldat à la 294ème escadrille. Décède à l'Hôpital de Pamiers (Ariège).

    GAUTHIER, Jean, sous-lieutenant pilot :3 citations.

    GAUTIER ou GAUTHIER, Antoine, Dominique,

    GELIBERT, Armand, Docteur  médecin-chef de l'aviation française en Orient.

    GENTIL, Jean, Armand, né le 14 février 1896 à Tarare. Fils de Jules, Marie et de Marguerite Gauthier. Employé de Commerce. Engagé le 20 août 1914 au 30ème Régiment d'Infanterie, puis affecté aux 140, 52, 175 et 97ème Régiments d'Infanterie. Passe dans l'aviation le 25 juin 1917 en tant qu'élève-pilote. Dijon, Le Crotoy, Avord, Pau. Breveté pilote le 23 octobre 1917 sous le n° 9492.Sergent pilote au 2ème Groupe d'Aviation à l'escadrille N 75. Disparu lors d'une mission le 22 août 1918 dans la région de Marest-Dampcourt (Aisne). Mort pour la France.

    GIGNOUX, Paul, né le 12 juin 1893 à Lyon 1er. Elève-ingénieur à l’Ecole Centrale de Lyon en 1913, il construisit un planeur qui fut essayé sur les hauteurs de Fourvière. Cette même année, son frère, pilote militaire à Bron, lui donne le baptême de l’air. Breveté pilote militaire le 23 octobre 1915 à Avord, il fut l’un des spécialistes des missions de bombardement nocturne dans l’est de la France en accomplissant le record de 210 missions au cours de la Première Guerre mondiale. A la fin de l’année 1917, Gabriel Voisin le fit participer à la réalisation d’un nouvel appareil. En 1918, le sous-lieutenant Paul Gignoux est nommé commandant de l’escadrille 137 : 5 citations.
Rendu à la vie civile, il ne devait pas lâcher le «manche». En 1932, il passe son brevet de pilote de tourisme, tout en possédant successivement plusieurs appareils Potez, car il est le représentant de la marque. Un grave accident d’aviation en 1936, le tient un certain temps éloigné de la vie,. aéronautique. Après la guerre, il devint propriétaire d’un Bonanza, ainsi que d’un Auster Mark 5, et accomplit de nombreux voyages. Paul Gignoux effectue son dernier vol en 1972 pour se rendre à Lourdes au pèlerinage de l’Aviation. Sur le plan local, à la tête d’une société industrielle florissante, il a fait profiter les aéro-clubs de sa très grande expérience. Titulaire de nombreuses distinctions, Paul Gignoux, conseiller général du Rhône et Maire de Limonest, s’est éteint dans sa 97ème année, le 7 mai 1990, à Limonest (69).

    GILLET, Marc, Marie, Paul, né le 25 février 1897 à Lyon. Soldat conducteur de tracteur au 2ème Groupe d'aviation.

    GIRARD, Joanny, Louis, né le 11 janvier 1896 à Chénelette. Engagé le 8 avril 1915 au 28ème Régiment d'Artillerie, passe dans l'aviation le 4 octobre 1916 en qualité d'ordonnance du S/lt Barbier.

    GIRARDIER, Jean, né le 15 mai 1893 à Lyon. Soldat électricien au 3ème Groupe d'aviation.

    GIRIER, André, Lucien, François, né le 23 février 1890 à Lyon 3ème. Lucien Girier est fils d’un employé des tramways. Il  est venu à l’aviation le 1er octobre 1915, comme lieutenant, après avoir combattu dans les Chasseurs à pied. Il passe son brevet de pilote à l’Ecole d’Ambérieu en Bugey, le 21 janvier 1916. Lucien Girier retourne au front en 1916 et commande l'escadrille de reconnaissance Br 210.  6 citations.  Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est affecté au 35ème Régiment d’Aviation à Bron, comme Capitaine. Brillant officier, il y fait de  longs séjours, coupés cependant par d’importants commandements au Maroc et à l’Ecole d’Aviation d’Istres. En août 1937, il est placé à la tête de la 5ème Brigade aérienne de Lyon et nommé Général de Brigade aérienne en février 1939. Pendant la guerre 1939/1940, on lui confie, dès sa création, le commandement de la Brigade d’Aviation d’Assaut. Le Général Girier possède un palmarès aéronautique particulièrement brillant. Après avoir, en 1923, gagné la Coupe Michelin sur Bréguet XIV, il réalise en 1925 la première liaison aérienne Paris-Téhéran, aller et retour. En 1926, avec le lieutenant Dordilly, il devient recordman du monde de distance en ligne droite en couvrant Paris-Omsk, soit 4 715 kilomètres en vingt neuf heures de vol, sans escale. En 1929, il bat le record du monde de vitesse  sur 5 000 kilomètres en vingt sept heures de vol. En 1930, il réalise la première liaison aérienne Paris-Pondichéry aller et retour, et en 1932, Paris-Téhéran sans escale en vingt huit heures trente minutes. Promu Général de brigade aérienne, le 5 février 1939; en septembre 1940, il est nommé Commandant de l’Air en Algérie. Le 23 février 1942, il est mis en congé du personnel navigant. Titulaire de la médaille de vermeil et de la médaille d’or de l’Aéro-Club de France. Le Général Lucien Girier, Grand Officier de la Légion d’Honneur, décède à Antibes, le 1er  mai 1967.

    GIVAUDAN Emile, 1er Groupe d'aviation.

    GONNET François, soldat observateur.    

    GOUILLOUD, Edouard, Eugène, né le 18 janvier 1894 à Lyon.  Passe à l'aviation le 15 novembre 1916, lieutenant observateur à l'escadrille 44.

    GOURDON Pierre, Gaspard, né à Lyon 3ème le 4 avril 1897, demeurant à Lyon 7ème. Sous-lieutenant observateur à l'escadrille F 201, meurt lors d'un accident en service commandé dans la Marne (51) le 7 juin 1917 : 3 citations.

    GUILLERMAIN Marcel, adjudant pilote à l'escadrille 465.

    GUILLERMAIN, Mathieu, né le 19 février 1878 à Saint Julien (69). 2ème classe conducteur.

    GUILLERMAIN, Antoine, Claude, né le 20 avril 1888  à Ville sur Jarnioux (69). Passe dans l'aviation le 15 février 1916, breveté pilote le 16 juillet 1916, brigadier.

    GUILLET Joseph, Adrien, sergent pilote.

    GUILLIEE Georges, Cyprien, né le 25 octobre 1891 à Lyon 6ème, demeurant à Lyon. Maréchal des logis pilote au 1er Groupe d'aviation, meurt lors d'un accident d'avion à Eve (60), le 9 juillet 1917.

    GUILLOT, Pierre, Henri, né le 6 juillet 1896 à Lyon 1er, demeurant à Lyon 4ème. Brigadier pilote à l'escadrille F 45, tué par la DCA à Bettancourt (51),  le 17 septembre 1917.

    GUYOT, Maurice, caporal au 2ème Groupe d'aviation.

    HALMAS, Jean, Joseph, né le 18 juillet 1888 à Lyon. Adjudant au 1er Groupe d'Aviation, il décède de blessures de guerre à Dieue sur Meuse (Meuse). Son nom figure sur le Monument aux mort de Trézelles (Allier)

    HELFENBEIN, Victor. A été en 1896, l’un des fondateurs de l’Union Aéronautique du IIIème arrondissement de Lyon, qui, deux ans plus tard, devint l’Aéro-club du Rhône. En 1914, son âge et sa situation de famille (3 enfants) le font classer dans la réserve territoriale, mais surveiller les voies ne lui convenait pas, il voulut faire mieux pour défendre sa Patrie ; sur sa demande il est affecté dans l’aviation et passe son brevet de pilote militaire le 2 juin 1915. Aussitôt affecté sur le front à l’escadrille  C 56 devant Verdun, il obtient la Croix de guerre le 31 août 1915, 2ème citation le 28 avril 1916 et médaille militaire le 16 juin 1920.
Secrétaire Général de l’Aéro-club du Rhône de 1932 à 1941, membre de l’U.L.C.A (Union Lyonnaise des Combattants de l'Air) et des Vieilles Tiges sous le n°88 en date du 11 mars 1950. Le 21 décembre 1953, Henri Lumière lui remettait la Légion d’Honneur, 58 ans au service de l'aéronautique, 800 heures de vol dont 220 sur l'ennemi. Les obsèques de Victor Helfenbein ont lieu le 13 mai 1966 à Lyon.

    IMBERT, Jean-Baptiste,né le 16 janvier 1896 à Souzy (69), électricien. Sergent aviateur  à l'escadrille F 72.

    ISAAC, Jean, capitaine commandant la 54ème compagnie d'aérostiers : 2 citations.

    JACOB, Jean, Auguste, né le 6 mai 1894 à Lyon 1er, demeurant à Lyon 4ème. Sous-lieutenant pilote à l'escadrille MF 1  3 citations. Décéde en combat aérien.

    JACOB, Jean,Victor, né le 27 décembre 1885 à Lyon. Passe à l'aviation le 27 juillet 1915, sous-lieutenant observateur-photographe  à l'escadrille  F 3 : 3 citations.

    JACQUEMONT, Louis, Marie, Robert, né le 23 décembre 1896 à Mably (42), demeurant à Lyon. Lieutenant pilote au 2ème Groupe d'aviation, commandant une section photographique d'armée, meurt à la suite d'un accident aérien à l'hôpital de Châlons sur Marne (51) le 10 mai 1918 : 3 citations.

    JACQUET, Philippe, 1er Groupe d'aviation.

    JACQUET, Joannès, né le 29 novembre 1892 à Oullins. Est appelé au service le 8 novembre 1913 au 11ème Régiment d'Artillerie. Dessinateur. Mobilisé le 2 août 1914 a 11ème Régiment d'Artillerie, puis 5ème Régiment d'Artillerie Coloniale, 112ème Régiment d'Artillerie lourde, 20ème Régiment d'Artillerie Coloniale, 264ème Régiment d'Artillerie Coloniale. Brigadier en 1915, Maréchal des Logis en 1917, puis adjudant.  Passe dans l'aviation en tant qu'élève-pilote le 1er juillet 1917, Dijon, Ambérieu en Bugey, Avord.  Breveté pilote le 3 septembre 1917. Affecté au GC 11 le 8 décembre 1917, puis à l'escadrille Spa 31. En 1929, l'adjudant Jacquet était au 11ème régiment d'Aviation.

    JOURDAN, Louis,  maréchal des logis, pilote.

    JOURDEUIL, Jean-Ernest, né le 3 mai 1896 à Fontaines sur Saône. Au cours d'un vol d'entraînement à l'Ecole militaire d'Avord, un appareil piloté par le Caporal Laumonnier avec pour mitrailleur, le 2ème Classe Jourdeuil, s'écrase au sol dans la région de Farges en Septeine/Baugy (Cher). Les deux occupants  de l'appareil trouvent la mort.

    KELLER-DORIAN, Georges,  né le 13 septembre 1893 à Mulhouse (68), Industriel lyonnais. Passe à l'aviation le 14 août 1915, adjudant, instructeur de tir.

    KOEHLER Marcel, sergent pilote, détaché comme ingénieur aux Usines Renault en Russie.

    LACAM, Antoine, Louis, né le 26 janvier 1881 à Grenoble (38), demeurant à Lyon. Sous-lieutenant observateur d'escadrille au 2ème Groupe d'aviation, meurt de ses blessures à Dugny sur Meuse (56) le 4 mars 1916.

    LACROIX, Paul, Claude, Marie, né le 15 août 1897 à Valsonne. 1ère Classe mécanicien au 2ème Groupe d'Aviation, il décède à la suite d'un accident en service à l'Hôpital Mixte de Melun (Seine et marne) le 3 mai 1918.

    LAFAY Etienne, né le 11 août 1891 à Tarare (Rhône). Etienne Lafay est incorporé dans l’Aéronautique militaire le 10 octobre 1912 comme mécanicien d’aviation. Il a déjà effectué de nombreux vols, comme mécanicien, quand la Première Guerre éclate. Etienne Lafay est l’inventeur breveté et constructeur du lance-bombes utilisé par le Lieutenant Varcin. Il est breveté pilote, le 19 novembre 1914, avec le numéro 1736 ; il sort n° 1 de la promotion de l’Ecole d’Aviation de Pau avec son brevet de pilote militaire, le 17 février 1915. Malgré ses nombreuses demandes pour être envoyé en escadrilles au front, mais en raison de ses qualités exceptionnelles de pilote, il est maintenu comme moniteur à l’Ecole d’aviation d’Avord, dont il deviendra le chef-pilote. Mettant au point la technique de vol de nuit de l’Ecole d’Avord, en 1915, il est détaché à Miramas pour créer une école identique. Le 21 juillet 1917, il devient chef-pilote de l’Ecole d’Etampes. Dans ces diverses écoles, il effectue plus de 2500 heures de vol comme moniteur. Etienne Lafay a formé et perfectionné plus de 1800 pilotes sur tous les appareils alors en service. Le 14 juillet 1918, il est nommé sous-lieutenant.
Mis à la disposition du sous-secrétariat à l’aéronautique, il fait partie d’une mission au Brésil. En 1919, il effectue le premier voyage en avion avec passagers au Brésil, et c’est ainsi qu’il forme les premiers pilotes de l’aviation militaire de ce pays. Après avoir quitté la mission militaire, il parcourt le Brésil en réalisant avec ses avions personnels des circuits de propagande, au profit de l’industrie aéronautique française. A la fin de 1924, pour le compte de la mission Latécoère, il effectue, en tant que pilote, la reconnaissance du parcours Rio de Janeiro-Buenos Aires. Avec une équipe d’autres pilotes sur Bréguet XIV, il réalise le premier transfert de courrier postal à partir de Rio de Janeiro, le 14 janvier 1925.  Il est un des plus grands ambassadeurs des ailes françaises au Brésil.
Etienne Lafay décède le 3 mars 1975. Il est inhumé au cimetière de Tarare.

    LAFAY, Francisque, capitaine, commandant d'escadrille.

    LAFAY, Michel, Auguste.

    LAFFAY, Baptiste, caporal pilote (prisonnier de guerre).

    LAMBERT, Th, sergent au 1er Groupe d'aviation.

    LANGERON, Paul, Marie, Philippe, né le3 mai 1894 à Montceau les Mines (71), demeurant à Lyon. Pilote sur le terrain de Longvic, décède  lors de la chute d'un avion à Longvic (21), le 22 août 1914.

    LAPLASSE, Antoine, né le 16 mai 1883 au Vernay (Rhône). Passe son brevet de pilote le 11 juillet 1914 sous le n°1655. Antoine Laplasse est aviateur professionnel à la déclaration de guerre en 1914. Il est affecté à la défense du camp retranché de Paris, puis dans diverses escadrilles. L’adjudant-chef Laplasse est As de guerre 1914/1918 avec huit victoires. Le 22 août 1918, il trouve la mort en combat aérien et porté disparu dans la région de Saint Gobain. Le transfert de ses cendres est opéré en 1920 entre la forêt de Coucy le Château et le caveau familial à Arnas (Rhône).

    LASHERMES Georges, né le 4 juin 1895 à Tournon sur Rhône (Ardèche).Il est  breveté pilote, le 4 juillet 1913, n°1416 sur avion Farman. Pilote de meeting avant la Première Guerre mondiale, à l'âge de 17 ans, il aurait été le plus jeune pilote du monde de l'époque. En 1914-1918, sur avion Caudron, il participe aux combats sur le front serbe avec l'escadrille N 531.    

    LATRUFFE, Claude,  né le 17 juin 1893 à Lyon 3ème. Il construit et expérimente, dès 1911, un planeur avec son ami Jacob. En 1912, il collabore avec Jacob et Audenis à la construction, dans les hangars de Zipfel à Villeurbanne, de l’avion Audenis-Jacob. Sous-Lieutenant au 7ème bataillon du Génie, le sous-lieutenant Latruffe, deux fois blessé au combat est cité à l'ordre de la division en juillet 1916. Breveté pilote militaire  en avril 1917, il accomplit, en tant que sous-lieutenant, 600 heures de vol au cours de la Première Guerre mondiale. Après l’Armistice, il est chef pilote à la division Voisin de la base d’Avord, et forme les pilotes au vol de nuit. En 1922, il fonde avec quelques camarades l’Union Lyonnaise des Combattants de l’Air (ULCA). Sous l’égide de cette association est créée l’Ecole lyonnaise des mécaniciens spécialistes de l’aéronautique, qui est la première organisation civile à former des jeunes mécaniciens destinés à l’aviation.
Comme vice-président  de l’Aéroclub du Rhône, il participe activement à l’organisation de divers meetings. Au cours des années 1924 à 1928, il est l’animateur de la section de vol à voile de l’Aéro-club du Rhône. En 1939, en tant que capitaine, il est attaché à l’Etat-Major de la 22ème Brigade de chasse à Dijon. Il est mis en congé d'armistice en 1942.
Vice-Président du Groupement Joseph Dumas des Vieilles Tiges de 1967 à 1981, Officier de la Légion d'Honneur depuis 1924, fondateur du Groupement des Vieilles Tiges de Nice, Médaille de l'Aéronautique, Claude Latruffe décède en septembre 1981. Il est inhumé dans l'ancien cimetière de Cusset à Villeurbanne.

    LEGORJU, Maurice, né le 23 décembre 1894 à Lyon, demeurant à Lyon. Maréchal des logis, aviateur à l'escadrille 287, décède de ses blessures de guerre à Marolles (60), le 30 juillet 1918. LENOIR, Roger, Georges, né le 20 mai 1898 à Lyon. Passe à l'aviation le 25 février1915, breveté  pilote le 23 juin 1917, sergent  pilote à l'escadrille 99.

    LEPINE, Philippe, soldat au Parc des Armées.

    LEPLANT, Louis, maréchal des logis, aviateur.

    LERICHE, André, caporal dans une escadrille de bombardement.

    LETANCHE, Franck, Marie, Joseph, né le 12 février 1894 à Lyon, soyeux lyonnais. Passé à l'aviation le 6 juillet 1917, breveté observateur,  lieutenant observateur à l'escadrille Br 20 : 3 citations.

    LUC-PUPAT, Gaston, Victor, né le 21 juillet 1885 à Lyon 3ème.  
Fils de François Arsène Luc-Pupat et de Reine Marie Bourdillon - Engagé au 52ème régiment d'infanterie du 28 février 1914 - 140ème régiment d'infanterie - Passé à l'aviation comme observateur, le 14 mai 1915 - Observateur de l'escadrille MF 44 - Ecole du tir aérien de Cazaux - Brevet de pilote militaire n° 3870 à l'école d'aviation de Chartres, le 6 juillet 1916 - Ecole d'aviation d'Avord (stage de perfectionnement) - Ecole d'aviation de Pau (stage de haute école et de chasse) - Pilote de l'escadrille N 38 – Capitaine, Pilote et commandant de l'escadrille N 79 d'avril 1917 au 4 septembre 1917 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 31 juillet 1917 - Croix de guerre 14-18 - 4 citations à l'ordre du corps d'Armée et de l'Armée - Tué au combat au Sud de Saint-Quentin, près de Villers-le-Sec (02), le 4 septembre 1917. 

    LUGON-MOULIN, Paul, Henri, né le 23 juin 1896 à Lyon. Caporal bombardier à l'escadrille 120 du 2ème Groupe d'aviation, meurt à la suite d'un accident d'avion à l'atterrissage à Luxeuil les Bains (70), le 18 mars 1917.

    LUMIERE, Petrus, Edouard, né  le 18 novembre 1884 à Lyon.
A la déclaration de guerre, le 3 août 1914, Edouard Lumière est mobilisé comme chauffeur au 14ème escadron du Train des équipages, et se trouve engagé dans les combats sur le front des Vosges. Au cours de l’hiver 1914/1915, suite à des problèmes de santé, il se trouve en traitement à Lyon. Edouard Lumière en profite pour faire une demande d’élève-pilote dans l’aviation. Le sergent Lumière est breveté pilote militaire, le 21 février 1916, non pas à la suite des épreuves réglementaires, mais à la suite d’une mission de guerre au 4ème Groupe de bombardement, escadrille F 53. Le 17 mars 1917, lors d’un vol de liaison à partir du terrain de Luxeuil (70), il trouve la mort lorsque son appareil s’écrase au sol. Edouard Lumière est l’oncle d’Henri Lumière.

    LUMIERE, Henri, né le 8 mai 1897 à Lyon. Fils d’Auguste Lumière neveu de Louis Lumière et petit-fils d’Antoine Lumière, tous trois fondateurs du cinéma français. Henri Lumière entre en 1914 à l’Ecole Centrale Lyonnaise et se destine à une carrière d’ingénieur. La guerre interrompt ses études,  il s’engage à l’âge de 18 ans. Suivant l’exemple de son oncle Edouard, qui devait disparaître en service aérien en 1917, Henri Lumière opte pour l’aviation. Il est breveté pilote militaire le 17 janvier 1916 avec le numéro 2409, et sera démobilisé le 15 septembre 1919 avec le grade d’adjudant. Dès son retour à la vie civile, il collabore au sein des Etablissements Lumière jusqu’en juin 1964. Le 1er octobre 1939, il est mobilisé avec le grade de capitaine commandant l’escadrille de chasse 2/562 stationnée à Lyon-Bron. Au cours de l’occupation, il s’oppose à la livraison aux autorités allemandes de produits photographiques fabriqués dans son usine.
Son attitude courageuse et sa grande expérience d’administrateur valent à Henri Lumière d’assumer de nombreuses charges publiques : Chambres de Commerce, Conseiller de la Banque de France, de la Foire de Lyon, etc…). Elu Conseiller Municipal de Lyon en mars 1959, puis réélu en 1965, il donne sa démission en août 1968, en raison de son état de santé.
Henri Lumière est un passionné d’aviation et tout particulièrement pour l’acrobatie aérienne. Néanmoins, il participe à des rallyes lointains avec ses avions personnels (avion amphibie Schreck, Caudron Rafale et Simoun, planeur Wien, etc) et organise de nombreux meetings aériens. Il totalisait 6000 heures de vol. Vice-Président de l’Aéro-club du Rhône en 1929, il en devient le Président le 19 mai 1931, dont il en fait l’un des premiers clubs aéronautiques de France.
Henri Lumière, titulaire de la Médaille de l’Aéronautique, s’est éteint à Cannes le 4 octobre 1971.

    LUTZIUS, Georges, Jean, né le 16 mars 1897 à Lyon.
Fils de Georges Lutzius et de Jeanne Undenstock - Avant guerre étudiant - Engagé au 2ème groupe d'aviation comme élève pilote, le 15 juillet 1915 - Brevet de pilote militaire n° 3001 en date du 18 mars 1916 – Adjudant, Pilote de l'escadrille N 103 du 13 juillet 1915 au 30 juin 1917 - Pilote de l'escadrille N 153 / SPA 153 du 1er juillet 1917 au 16 juillet 1918 - Tué en combat aérien, en compagnie du Sous-lieutenant André Barcat, dans les environs de Virgny, au Nord-Ouest de Sainte-Ménéhould (Marne), le 16 juillet 1918 - Leurs adversaires étaient probablement des pilotes du Jasta 19.

    LYAUDET, Pierre, né le 25 juin 1885 à Hauteville (01), demeurant à Villeurbanne. Sergent pilote disparu dans la région de Saint Martin aux Champs (51) le 23 janvier 1917.

    MAGNAN, Evariste, Georges, né le le 19 février 1889 à Lyon. Passé dans l'aviation le 8 juin 1918 comme mitrailleur.

    MAGDELAINE, Benoit, Léon, né le 24 juin 1883 à Saint Genis l'Argentière (69). Il est affecté à l'escadrille 226 comme armurier.

    de MAGNEVAL, Gabriel, né le 14 décembre 1870 à Marseille (13), demeurant à Lyon. Passe à l'aviation le 12 octobre 1914, breveté pilote le 2 avril 1915, sous-lieutenant pilote à l'escadrille       V 110.

    de MAISON-ROUGE, Antoine, né le 5 mai 1895 à Saumur (49), demeurant à Lyon. Sous-lieutenant pilote.

    MALJOURNAL, Adolphe, Antoine, Jean, né le 31 mars 1896 à Lyon. Passe dans l'aviation le 7 avril 1917, Parc  n° 9.

    MALLEN Jean, sous-lieutenant observateur à l'escadrille SPA 77.

    MARTI, André, Guillaume, né le 30 avril 1896 à Lyon. Passe dans l'aviation en juin 1915, conducteur aux escadrilles SM 18 et 558.

    MATILE, Marcel, Louis, né le 16 juin 1892 à Lyon. Entré au service en octobre au 42ème Régiment d'infanterie, il passe dans l'aviation le 24 décembre 1914. Mécanicien au Parc n°5, il est stagiaire à la SAL 32 en mars 1918 avant de retourner au Parc n°5. 

    MARTIN, Aimé, né le 20 décembre 1896 à Lyon. Mécanicien  au Parc  n° 101, puis affecté en Pologne.

    MARTIN, Henry, Maurice, né le 23 octobre 1892 à Irigny (69) ;  Breveté observateur le 4 décembre 1916, Lieutenant élève-pilote à Ambérieu en Bugey (01).

    MARTIN, Gabriel, né le 23 août 1892 à Irigny (69). Ingénieur. Lieutenant pilote, commandant la section d'avions 212 à l'escadrille 12.

    MARTIN, Henri, brigadier aviateur.

    MATHIEU, Henri, aviateur au 3ème Groupe d'aviation.

    MAURIER, Claude, Antoine, né le 10 juin 1897 à Lyon. Passe dans l'aviation le 24 avril 1917, breveté pilote le 17 août 1917, brigadier à l'escadrille 12.

    MAURIN, Benoit, né le 24 juillet 1896 à Lyon, demeurant à Villeurbanne. Mécanicien à l'escadrille C 122. 

    MAYET, Emile, né le 25 janvier 1893 à Lyon.
Entré en service le 17.11.1910 dans l’aviation comme mécanicien – Brevet de pilote militaire n° 935 du 12.05.1915 à Chartres – Escadrille MF 40 – Escadrille C 17.

    MAYOUSSIER, Henri, Antoine, né le 27 décembre 1882 à Lyon. Sergent pilote, meurt à Souchez (62) le 16 juin 1915.

    MEINDRE, Augustin, Jean, né le 14 décembre 1897 à  Saint Rambert l'Ile Barbe (69), demeurant à Lyon. Passe dans l'aviation le 18 juillet 1915, mécanicien  à l'escadrille C 64.

    MELON, Pierre, Antoine, Joseph, né le 7 mars 1895 à Lyon.
Profession avant guerre Etudiant en droit - Appelé au 22ème régiment d'infanterie, le 15 décembre 1914 - Passe à l'aviation comme élève pilote, le 22 décembre 1914 - Brevet de pilote militaire n° 1347 obtenu à l'école d'aviation militaire de Pau, le 15 août 1915 - Pilote de l'escadrille C 61 du 22 au 26 septembre 1915 - Blessé au combat, le 26 septembre 1915 - En convalescence du 26 septembre 1915 au 18 octobre 1916 - Nommé sergent, le 18 mai 1916 - Muté à l'école d'aviation militaire de Châteauroux, le 9 novembre 1916 - Croix de Guerre - Une citation à l'ordre de l'armée, le 21 octobre 1915. "Chargé de la protection des avions d'artillerie, n'a pas hésité à attaquer un avion allemand à deux moteurs et deux mitrailleuses rencontré dans sa zone d'opérations. Grièvement blessé au cours du combat et ayant réussi à rentrer dans les lignes françaises, a, dès son arrivée à l'hôpital, envoyé un compte-rendu à son chef d'escadrille pour le prévenir de la présence sur le front de cet avion d'un type nouveau."

    MERIC, François, Marcel, né le 19 février 1893 à Caluire (69). Affecté au GB 1.

    MEUNIER, Georges, né le 5 juillet 1898 à Ecully (69). Passe à l'aviation le 25 novembre 1917, breveté pilote le 12 février 1918, sous-lieutenant pilote à l'escadre 12.

    MEYER, Henri, Jules, né le 24 janvier 1890 à Lure (70), demeurant à Lyon. Ingénieur. Passe à l'aviation le 21 janvier 1916, capitaine observateur à l'escadrille F 54 de la mission en Roumanie.

    MICHAUD, Maurice, Jules (Abbé), né le 8 octobre 1886 à Lyon. Passe à l'aviation le 19 janvier 1916, lieutenant observateur à l'escadrille F 19.  

    MIGEON, René, Victor, né le 17 juin 1895 à Lyon 5éme ardt.
Fils de Félix et d'Armelle Durand demeurant 20 rue du Chapeau Rouge à Lyon. Employé de commerce, René Migeon est appelé le 14 décembre 1914 au 1er Groupe d'Aérostation. En qualité d'élève-pilote, il passe dans l'aviation le 17 février 1916 et sera breveté pilote militaire le 9 septembre 1916 sous le n° 4439 et pilote civil n°4576 le 2 octobre 1916 sur Caudron après son passage dans les écoles de Saint Cyr, Dijon, Avord, Tours et Chateauroux. Affecté en tant que sergent-pilote à l'escadrille C 104 le 21 janvier 1917, il se retrouve moniteur à Etampes en mars 1918. Lors de son mariage avec Maria Chardigny, le 18 février 1922 à Lyon, René Migeon était adjudant pilote au 35ème Régiment d'Aviation à Bron. Il semble qu'il était officier de réserve de l'Armée de l'Air au début de la Seconde Guerre mondiale. C'est en tant que Capitaine à l'Etat-Major du Moyen-Orient en Syrie en janvier 1942 qu'il rejoint les FAFL. Ultérieurement, il assure un commandement en AEF et termine sa carrière en tant que Lieutenant-Colonel. En 1959, René Migeon était Directeur du District aéronautique de Dijon. Croix de Guerre, Médaille de la Résistance, Légion d'Honneur, il décède à Lyon 5ème  le 1er décembre 1963.

    MILLIAT, Louis, né le 10 août 1892 à Lyon. Ingénieur.  Lieutenant pilote à l'escadrille N 80.

    MISSONNIER, Robert, François, né le 12 septembre 1891 à Lyon. Passe dans l'aviation le 25 juin1917, breveté pilote le 26 septembre 1917, sergent pilote à l'escadre 13 et BR 131. 

    MOIROUX, Joannès, soldat, pilote le 14 août 1918.

    MONGIN, Jean,  Marie, Joseph, né le 19 mars 1886 à Dijon (21), demeurant à Lyon. Passe à l'aviation le 25 août 1915, breveté pilote le 14 octobre 1915, lieutenant pilote aux escadrilles C 106 et PS 129.

    MONTALAND, Régis, soldat au 2ème Groupe d'aviation.

    MONTANGE, Paul, né le 20 février 1892 à Belleville sur Saône (Rhône). A 18 ans, il devance l’appel et s’engage pour trois ans, le 19 novembre 1910, au 13ème Régiment de chasseurs à cheval. Il est versé dans la Réserve le 19 novembre 1913. Le 1er août 1914, il est mobilisé dans les dragons et, en 1916, il participe à la bataille de Verdun. Le 27 février 1917, il est transféré au 1er Groupe d’aviation à Dijon. En mars 1917, il est affecté à l’école du Crotoy  où il est breveté pilote militaire n° 6294, le 9 mai. Il se perfectionne ensuite à Avord, puis à Pau dans l’aviation de chasse. Breveté pilote civil, le 2 juillet 1917 avec le n° 6336, ce même jour, il est affecté à l’escadrille 155. Le sergent Paul Montange compte, en novembre 1918, cinq victoires aériennes homologuées, et au cours de 206 heures de vol sur l’ennemi, a livré 20 combats. AS de Guerre 1914-1918, Vieilles Tiges n°106 du 1er janvier 1951, Paul Montange décède à Lyon le 4 Décembre 1963 et repose au cimetière de Belleville sur Saône.

    MONTEILHET, Antonin, capitaine détaché à l'Aéronautique SSEAé.

    MOREAUD, Alexandre, Marius, né le 2 mars 1897 à Caluire (69), demeurant à Villeurbanne. Est affecté au 2ème Groupe d'aviation, Parc n°8.

    MOREL, Lucien, Auguste, Joseph, né le 9 septembre 1898 à Lyon. Soldat mécanicien au 2ème Groupe d'aviation, Parc 101 et escadrille C 18.

    MOREL, Edouard, Louis, né le 2 novembre 1897 à Lyon. Est affecté au 2ème Groupe d'aviation, Parc n° 9.

    MORELLE, Henri, Benoit, né le 7 juillet 1878 à Lyon. Mécanicien affecté RGAé.

    MORET, Félix, Edouard, né le 10 septembre 1892 à Lyon. Passe dans l'aviation le 14 octobre 1917, 2ème classe mitrailleur à l'escadrille 234.

    MORIN-PONS, Gérard, Henri, Edward, né le 5 septembre 1894 à Rouen (76), domicilié à Charbonnières (69). Passe  à l'aviation le 17 octobre 1918, il est  breveté pilote le 4 avril 1916, sous-lieutenant pilote aux escadrilles VB 114, C 218, Br 267 et Br 206.

    MORON, Julien, né le 16 juin 1894 à Lyon. Passé dans l'aviation le 17 septembre 1917, est breveté mitrailleur à l'escadrille 286.

    MUGGIANI, Paul, sergent au 2ème Groupe d'aviation.

    MULATIER, Jean, né le 17 juillet 1893 à Lyon. Ingénieur.  Sergent au 1er Groupe d'aviation.

    MURTIN, Alexandre, né le 18 novembre 1896 à Lyon. 2ème classe ordonnance, Service météorologique de la 4ème Armée.

    NEESER, Marcel, lieutenant pilote.

    NEYRET, Augustin. passé à l'aviation le 15 juin 1916, aspirant-observateur à l'escadrille F 58, sous-lieutenant pilote à l'escadrille 218.

    NICOLAS, Benoît, Charles, né à Lyon le 31 octobre 1896. Soldat à la 231ème escadrille. Décède de maladie contractée au service, le 31 octobre 1918 à l'Hôpital de Saint Genis Laval (Rhône).

    OLLAGNIER, Eugène, né le 8 octobre 1892 à Lyon.
Kimmerling lui donne le baptême de l’air à Bron. Quelques jours après, muni de la somme nécessaire à son inscription à l’école de pilotage  de Bron, il devient  élève-pilote de Plantier. Breveté pilote à Bron, à l’âge de 19 ans, le 7 mars 1913 avec le numéro 1257, en même temps que le futur as du looping Pegoud. Au cours de la Première Guerre mondiale, il fit partie de l’escadrille spécialisée dans les raids à longue distance. Après 17 mois d’escadrille, il fut désigné comme moniteur à Ambérieu en Bugey. Le Ministère de l’Air le choisit comme pilote d’essai, poste où il restera jusqu’en 1921. Il procédera à la réception d’un millier d’appareils avant de reprendre la pharmacie familiale à Lyon.
Membre des Vieilles Tiges n° 5 du 13 septembre 1945, il assure la Vice-Présidence du Groupement Joseph Dumas des Vieilles Tiges de 1951 à 1955. Eugène Ollagnier assurera la Présidence active de l’Association des Amis de Pegoud afin de perpétuer le souvenir de ce grand As. Médaillé de l'Aéronautique en 1954, il décède à Miribel (Ain) le 10 juin 1967.

    PACAUD, Georges, Claude, né le 15 août 1894 à Sillans (38), demeurant à Lyon. Passe à l'aviation le 1er août 1916, breveté pilote en janvier 1917, pilote à l'escadrille de Mitika en Grèce.

    PARISET, Ernest, soldat au 2ème Groupe d'aviation.

    PAYEN, Hugues, Charles,  né le 19 juillet 1891 à Lyon, demeurant à Lyon. Passe à l'aviation le 26  septembre 1915, breveté pilote le 21 janvier 1916, sous- lieutenant pilote à l'escadrille SAL 1, pilote de l'escadrille SPA 99 en 1918.

    PAULE, Henri, né le 28 mars 1897 à Lyon.
Fils de Georges et Antoinette Vicaire - Engagé le 4 septembre 1914 au 30ème Bataillon de Chasseurs Alpins - 68ème Bataillon de Chasseurs Alpins - 3ème Régiment de Zouaves - 8ème Régiment de Marche de Zouaves - Promu Sous-Lieutenant à titre temporaire, le 4 septembre 1916 - Blessé le 16 novembre 1914 - Médaille Militaire le 9 octobre 1915 - Croix de Guerre avec 2 palmes, 3 étoiles de bronze - Blessé le 10 janvier 1917 - Passé à l'aviation comme élève pilote le 6 juillet 1917 - Brevet de pilote militaire n° 8612 à l'école d'Ambérieu, le 15 septembre 1917 - Stage de perfectionnement à l'école d'Avord - Transformé sur Spad le 20 novembre 1917 - Brevet de l'AéCF n° 8564, le 15 février 1918 - Affecté au GDE du 14 octobre au 8 décembre 1917 – Sous-Lieutenant, pilote à l'escadrille N 87 du 8 décembre 1917 au 1er janvier 1918 - Escadrille Spa 99 du 1er janvier au 19 juillet 1918 - Perçoit le Nieuport 27 n° 5540, le 3 mars 1918 – Est fait prisonnier après un combat aérien, aux commandes d'un SPAD XIII, le 19 juillet 1918 - Son avion en feu, il a atterri dans les lignes allemandes près d'Oulchy-le-Château - Il est resté militaire jusqu'en 1920 puis détaché comme pilote d'essai chez Latécoère à Toulouse - Mobilisé en 1939 comme capitaine de réserve - Officier de la Légion d'Honneur - Décède à Ambérieu en 1992. 

    PEILLON, Charles, Paul, né le 16 janvier 1896 à Lyon. 
Fils de Paul Peillon et de Zoé Pravay - Profession avant guerre Etudiant - Mobilisé au 47ème régiment d'artillerie en avril 1915 - Formation à l'école d'application de l'artillerie de Fontainebleau - Croix de Guerre et citation à l'ordre du corps d'armée en juillet 1916 - Nommé Sous-lieutenant, le 1er novembre 1916 - Affecté au 20ème régiment d'artillerie jusqu'au 5 février 1917 - Passé à l'aviation comme observateur, le 5 février 1917 - Observateur de l'escadrille F 44 / AR 44 / BR 44 du 5 mars 1917 au 10 mars 1919 - Stage de tir à l'école du tir aérien de Cazaux du 22 mars au 8 avril 1917 - Affecté au centre d'études de Metz à compter du 10 mars 1919.

    PEIX, Louis, né le 22 février 1896 à Lyon. Breveté pilote militaire, le 16 août 1917 avec le n° 8013 et pilote privé n° 8982. Capitaine de l’Armée de l’Air, Vice-Président de l’Aéro-club du Rhône, Chef d’entreprise dans les Travaux Publics, Louis Peix a toujours été très apprécié.  Membre des  Vielles Tiges n° 114 du 15 juin 1951 et Vice-président du Groupement Joseph Dumas de 1961 à 1968, il décède le14 mars 1973.

    PELAGAUD, Fernand, lieutenant pilote : 4 citations.

    PERRAULT-NIEPCE, Auguste, lieutenant au 4ème Groupement de bombardement.

    PERRIN, Paul,  né le 28 mai 1875 à Chalonnes sur Loire (49) demeurant à Lyon, Directeur de grand Magasin. Passe à l'aviation le 23 mai 1916, photographe aux escadrilles F 7 et SPA, commandant l'aérostation d'une armée.

    PERROT,  sergent pilote au Groupe de chasse 12.

    PHELIP, Louis, médecin au 54ème d'aérostation

    de PIERREFEU, Antoine, Marie, Josèphe, né le 2 avril 1895 à Aix en Provence (13), demeurant à Lyon. Passe à l'aviation le 14 mars 1916, breveté pilote 24 juillet 1916, sous-lieutenant  pilote aux escadrilles F 50, BR 132 et VR 95 .

    PIERRON, Jacques, lieutenant à l'aviation d'Italie.

    PIERROT, Emile, né le 29 août 1890 à Belley (Ain), demeurant à Lyon, Ingénieur. Passe dans l'aviation, observateur en 1916, lieutenant pilote en août 1917  aux escadrilles escadrille 213 et       C 47.

    PINAY, Raymond, Marius, né le 25 septembre 1882 à Saint Symphorien sur Coise (69). Mobilisé au 30ème Bataillon de Chasseurs alpins de Grenoble en 1914, participe à la Campagne d'Alsace, puis dans la Somme en 1916, blessé, il est amputé d'un doigt. En 1917/1918, il prépare son brevet de pilotage à Chartres, puis à Avord. En juin 1918, il est envoyé sur le front de Salonique (Grèce).
Après quelques semaines de perfectionnement de pilotage à Sédès, il est affecté comme caporal pilote à l'escadrille 505 et mène des opérations au-dessus des lignes bulgares. Le 14 septembre 1918, au retour d'une mission, son appareil touché par les tirs ennemis, s'écrase à Nertékop. Son corps ainsi que celui de son observateur sont inhumés sur place. En avril 1921, son corps est rapatrié au cimetière de Saint Symphorien sur Coise.

    PINCHENORE, Albert, Henri, Claude, né le 11 février 1890 à Lyon. 1ère Classe Mécanicien 2ème Réserve de ravitaillement  d'aéronautique à Versailles, escadrilles C 69 et N 94.

    du PLAN, Emile,  capitaine pilote, commandant l'escadrille 65 : 5 citations.

    du PLAN,  William, pilote.

    PONDEVAUX, Adrien, capitaine détaché au SFA.

    POISARD, Pierre, né le 25 juillet 1890 à Lyon 5ème, demeurant à Lyon. Adjudant pilote à l'escadrille SOP 28 du 2ème Groupe d'aviation, décède de ses blessures à Esnes en Argonne (55), le 2 octobre 1917.

    PRAT, Félix, Pierre, né le 15 novembre 1877 à Lyon.
Fils de Joseph Claude Prat et de Rose Thérèse Bouchayer - Entré en service actif au 107ème régiment d'artillerie, le 22 avril 1915 - Stage d'observateur à l'école de Fontainebleau jusqu'au 3 novembre 1915 - Service aéronautique de la 7ème armée à partir du 13 décembre 1915 - Observateur de l'escadrille MF 59 du 15 décembre 1915 au 20 juillet 1917 - Nommé sous-lieutenant, le 1er août 1916. "Au cours d'une reconnaissance, attaqué par trois avions allemands, n'en ont pas moins rempli leur mission jusqu'au bout, prenant les photographies qui leur avaient été demandées, obligeant deux d'entre eux à fuir précipitamment, et luttant contre le troisième jusqu'au moment où l'observateur était blessé à la main, la mitrailleuse mise complètement hors d'usage par les projectiles ennemis et l'avion criblé de balles."

    de QUINSONNAS, Pierre (Comte), maréchal des logis aviateur.

    RABATEL, André, Jean, né le 4 juin 1898 à Lyon, demeurant à Saint Genis Laval (69). Mobilisé le 15 avril 1917, armurier au 3ème Groupe d'aviation.

    RADISSON, Victor, Marie, né le 14 mars 1885 à Lyon.
Brevet de pilote militaire n° 149 en date du 9 août 1912 – Lieutenant pilote à l'escadrille MS 26-  Blessé dans un accident d'avion, il décéde de ses blessures à Poperinghe, le 5 novembre 1914. Neuf ans de service, trois campagne. Services exceptionnels rendus au cours d'une reconnaissance aérienne exécutée le 30 septembre 1914, malgré un temps particulièrement défavorable. Chevalier de l'ordre de Léopold de Belgique."pour reconnaître la bravoure et le sang-froid dont il a fait preuve en prenant l'air contre la pluie et la bourrasque, pour une reconnaissance importante, le 29 septembre dernier, à Anvers, et cela malgré l'échec de plusieurs autres tentatives de départ et en accomplissant sa mission en dépit de tous les obstacles."

    RAUX, Aimé, né le 2 mars 1896 à Saint Auban (?), domicilié à Lyon. Soldat mécanicien au 1er Groupe d'aviation, Ecole d'aviation d'Ambérieu en Bugey.

    RAVARIN, Robert, né le 19 février 1890 à Bruxelles (Belgique), demeurant à Lyon. Sous-lieutenant pilote à l'escadrille de bombardement V 109 : 3 citations.

    RAYMOND, Georges, né le 19 juin 1887 à Lyon. Georges Raymond débute la Première Guerre Mondiale au 7ème Régiment de Cuirrassiers avant d’être affecté à l’aéronautique militaire. Est breveté pilote le 14 janvier 1916, et affecté à l'escadrille N 3 en avril 1916. Le Capitaine Raymond prend le commandement de la Spa 3 des Cigognes après la disparition de Guynemer. Excellent pilote de chasse, il obtient six victoires. Le 13 juillet 1918 en rentrant de patrouille, il est victime d’un grave accident, et désormais vole très peu. Georges Raymond décède, le 4 octobre 1918, à la suite d’une double pneumonie. Il repose au cimetière militaire de l’Est à Châlons en Champagne.

    RESAL, Paul, Gabriel, né le 12 avril 1894 à Lyon.
Fils d'Eugène Resal et de Julie Gratiot - Profession avant guerre étudiant - Mobilisé au 18ème régiment d'artillerie, le 2 septembre 1914 - Nommé brigadier, le 1er janvier 1915 - Nommé MdL, le 10 octobre 1915 - Passe à l'aviation comme élève pilote, le 16 février 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4213 obtenu à l'école d'aviation militaire de Tours, le 11 août 1916 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire de Buc - Stage de perfectionnement à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage du tir aérien à l'école de Cazaux - Stage de haute Voltige à l'école de Pau - Pilote de l'escadrille N 83 du 7 février au 24 mars 1917 - Blessé en combat aérien, d'une balle à la tête, aux commandes d'un Nieuport 17, le 24 mars 1917 - Evacué sur l'hôpital 14 de Jonchery - Pilote de l'escadrille C 46 du 4 janvier à novembre 1918 - Commandant l'escadrille C 46 du 27 octobre à la fin 1918 - Chevalier de la Légion d'Honneur et une citation à l'ordre de l'armée, le 1er avril 1917.

    REY, Jean-Marie, né le 20 février 1880 à Lyon. 
Entré en service, le 14 novembre 1901 dans l'artillerie - Mobilisé le 2 septembre 1914 – Sous-Lieutenant observateur à l'escadrille A.R 14 - Brevet de pilote militaire n° 4594 en date du 25 septembre 1916 -  Capitaine, Pilote de Caudron G 4 de l'escadrille C 27.

    RIBLET, Eugène, né le 5 décembre 1898 à Lyon.
Fils de Jean Maurice Riblet et de Pierrette Joubert, domicilés 40 quai de Serin à Lyon. Profession avant guerre Ajusteur monteur. Mobilisé au 3ème groupe d'aviation de Bordeaux, à compter du 16 avril 1917. Formé comme électricien : Electricien au CRP du 17 juin au 20 juillet 1918, Electricien au Parc d'aviation n° 10 du 20 au 23 juillet 1918, Electricien de l'escadrille SAL 122 du 23 juillet 1918 au 5 mars 1919. Stage au centre téléphonique de Varangéville (54) du 18 août au 2 septembre 1918, Electricien au Parc d'aviation n° 15 du 5 mars au 5 juin 1919, Electricien de l'escadrille SPA 81 du 5 juin 1919 à après le 3ème trimestre 1919.

    RIVIERE, Jean-Marie, né le 5 août 1894 à Orliénas. Adjudant pilote à la 108ème escadrille. Disparu au cours d'une mission de bombardement, le 11 août 1918, dans la région de Noyon (Aisne).

    ROBATEL, Georges, maréchal des logis, observateur breveté à l'escadrille V 470.

    ROBERT, Just, Marius, né le 14 décembre 1897 à Villeurbanne (69), demeurant à Villeurbanne. Sergent à l'escadrille 34 du 2ème Groupe d'aviation, décède de ses blessures à Romagny (68), le 14 juin 1917.

    ROBIN, Louis, Joseph, Michel, Ingénieur des Arts et Manufactures. Lieutenant observateur à l'escadrille 219.    

    ROCHE de LA RIGODIERE, Camille, sous-lieutenant pilote.

    ROLLAND, René, Sergent pilote à l'Armée d'Orient : 2 citations.

    ROUX, Pierre, Léon, né le 24 avril 1894 à Lyon. Passé à l'aviation le 1er novembre 1915, breveté pilote le 31 mars 1916, maréchal des Logis (prisonnier de guerre).

    RUBIN, Louis, Joseph, Michel, né le 25 juin 1891 à Lyon. Brigadier au Camp d'Avord, meurt des suites d'un accident au Camp d'Avord  (18), le 11 avril 1916.

    RUBY, Frédéric, Léon, né le 22 décembre1893 à Beaujeu (69). Frédéric Ruby est entré dans l’Aéronautique militaire dès 1910. Il  obtient son brevet de pilote civil sous le n° 514, le 15 juin 1911. Il avait construit et fait voler un avion monoplan avec hélice arrière. Breveté pilote militaire en juillet 1915, au cours de la Première Guerre mondiale, il obtient sur le front français une victoire aérienne en octobre 1915. Ultérieurement,  il sera affecté  sur le front serbe.
Après l’Armistice, il est affecté au Levant. Promu Chef de bataillon, il commande le 39ème Régiment d’aviation et seconde le R.P. Poidebard, pionnier de la photo aérienne d’identification des sites anciens. En juin 1931, il est affecté au 35ème Régiment d’aviation à Bron. Il se consacre à l’aviation de montagne et crée l’Ecole militaire de vol en montagne de Challes les Eaux. Il atteint le grade de Lieutenant-Colonel, en 1933, puis de Colonel en 1936. Il se spécialise dans les recherches aérologiques par voie aérienne et plus particulièrement  dans la lutte contre la grêle et dans le déclenchement de la pluie artificielle. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, il coopère au service radiogoniométrique. A l’automne 1944, il met sur pied, à Bron, l’Aviation des Alpes  Groupe 1/35, une escadrille de reconnaissance armée avec des aviateurs issus de la Résistance. Il est promu Général de brigade aérienne à compter d’août 1945.
Avec plus de 5000 heures de vol, dont la moitié en opérations de guerre, le Général Ruby était depuis 1949, Grand Officier de la Légion d’Honneur. Membre du Groupement Joseph Dumas des Vieilles Tiges, il décède à Lyon, le 20 octobre 1970. Il est inhumé au cimetière de Loyasse.

    RUBY, Adrien, sous-lieutenant observateur.

    SABRAN, Emile, lieutenant pilote.

    de SAINT LAURENT, Jean, né le 6 février 1886 à Lyon. Passe à l'aviation le 27 décembre 1915, lieutenant observateur à l'escadrille MF 16.

    de SAINT SEVERIN TREDECINI, André, lieutenant pilote : 4 citations.

    de SALMON de LOIRAY ou SALMONT de LORAY, Jean-Marie, Georges, né à Lyon 6ème. Lieutenant à l'escadrille 48. Décède suite à un accident d'avion le 19 mars 1916 à l'Hôpital de Lunéville (Meurthe et Moselle).

    SAUVAGE, Jean, est né le 15 février 1897 à Villefranche sur Saône.
Fils d'Aimé Sauvage et de Marie Descombes. Jean Sauvage est pilote civil avant le début de la Première Guerre mondiale. Il est engagé au 1er Groupe d'aviation à partir du 22 novembre 1915.
 Breveté pilote militaire n° 2827, le 6 mars 1916. Affecté au GDE jusqu'au 22 juin 1916, puis pilote de l'escadrille N 65 du 22 juin 1916 au 7 janvier 1917.  Une citation à l'ordre de l'armée, le 27 juillet 1916, il est nommé Sergent, le 20 septembre 1916. Détaché à l'escadrille N 38, il est tué au combat, aux commandes du SPAD VII n° 145, par la DCA allemande. Son avion s'est écrasé à proximité du Lieu-dit "La Maisonnette" à 1,2 km au Sud de Biaches, dans la région de Peronnes (Somme), le 7 janvier 1917. Son corps n’a jamais été retrouvé. Le sous-lieutenant Jean Sauvage, décoré de la Croix de guerre,  obtient 8 victoires homologuées au cours de la Première Guerre mondiale. Son nom figure sur le Monument aux Morts de Villefranche sur Saône, de même que sur celui de la commune de Pouilly le Monial où il passa son enfance.

    SEIVE, Fleury, né le 17 mai 1896, à Lyon. Il est engagé volontaire, le 3 janvier 1915, dans un régiment d’infanterie en garnison à Lyon. Il suit les cours de l’ Ecole militaire de Saint Cyr en 1919-1920. Affecté à la base aérienne de Bron, en tant qu’observateur, il est chargé de missions de photographies aériennes pour le compte du Service Géographique de l’ Armée en 1921 et collabore avec de grands géographes de l’époque. Breveté pilote en 1924, il obtient le certificat d’aptitude aux fonctions de commandant d’avion en juillet 1936. Le lieutenant-colonel Seive assure la direction du dépôt de stockage de la base aérienne de Bron de 1940 à 1942. A la suite de l’invasion de la zone libre, il est mis en congé du personnel navigant. Membre du Réseau de Résistance Air, il est arrêté et incarcéré au fort Montluc à Lyon, puis à la prison de Fresnes. En septembre 1944, il réintègre  l'Armée de l’ Air et prend le commandement de la subdivision aérienne de Lyon. Il est mis en congé du personnel navigant avec le grade de général de brigade  aérienne du cadre de réserve le 1er novembre 1946. Le Général Fleury Seive sera conseiller municipal à Lyon de 1953 à 1971, adjoint au Maire d’arrondissement de 1959 à 1971, adjoint chargé des Beaux-Arts de 1959 à 1965. Membre des Vieilles Tiges n° 131 le11 septembre 1952,  il décède à Lyon, le 15 mai 1972. 

    SERRULAZ, Raoul (Docteur), médecin aide-major à l'école d'aviation de Clermont-Ferrand.

    SIMONET, Paul, Marius, né à Lyon 3ème. Sergent pilote à l'escadrille 86. Décède de maladie contractée au service le 30 novembre 1918 à La Goelle (Marne).

    SIMONET, Tony, Léon, né le 20 décembre 1879 à Lyon 1er. Automobiliste  à la 20ème Compagnie d'aérostation, meurt à la suite de ses blessures à l'hôpital de Bacarat (54), le 29 juin 1917.

    SOULIER, Marc, Charles, né le 20 février 1889 à Lyon, demeurant à Lyon, Ingénieur sur moteur rotatif depuis 1910. Soldat mécanicien de Parc d'aviation (d'après les archives de l'Ecole Centrale: Soulier Marc, lieutenant d'aviation, meurt de ses blessures, le 27 novembre 1918).

    SOULIER, Pierre, sous-lieutenant pilote.

    TERAUBE, Paul, chef du service médical de la 66ème compagnie d'aérostation.

    THAMIN, Henri, né à Lyon. Sergent pilote à l'escadrille 61. Tué en combat aérien le 11 octobre 1915.

    THIVEL, Henri, Jacques, né le 30 juillet 1891 à Lyon, Ingénieur à Lyon. Passe à l'aviation le 28 mars 1917, aviateur conducteur de tracteur à l'escadrille 73.

    THUREL, Georges, Louis, sous-lieutenant observateur à l'escadrille BR 201.

    TRESCA , Joël, Joseph, né le 24 février 1881 à Lyon. Passe à l'aviation le 18 novembre 1915, breveté pilote le 11 mars 1916,  adjudant pilote aux escadrilles F 40 et 464.

    TRIBOLLET, Henri, Marie, Joseph, né le 22 juillet 1885 à Ecully (69), Industriel lyonnais.  Passe à l'aviation le 6 novembre 1914, caporal magasinier au 2ème Groupe d'aviation

    VACHON, Jean, Joseph, Thélis, né le 13 décembre 1893 à Dôle (39). Passe à l'aviation comme observateur le 1er mars 1915, il est breveté pilote le 12 mars 1916, lieutenant pilote à l'escadrille SO 39, commandant l'escadrille SD 39 : 3 citations.

    VARILLE, Mathieu, adjudant à la 2ème Compagnie d'aérostation.

    VASSIVIERE, Benedict, Maurice, lieutenant observateur à l'escadrille BR45.

    VIGNAT, Antoine, né le 25 décembre 1884 à Limonest (69). Soldat au 2ème Groupe d'aviation, meurt  à Montreux Jeune (68) le 15 août 1914.

    VERMOREL, Lucien, né le 12 décembre 1893 à Villefranche sur Saône (69), Industriel. Passe à l'aviation le 28 novembre 1917, breveté pilote le 3 juillet 1918,  brigadier pilote au Groupe de chasse 15.

    VIALATOUX, Jean, Félix, né le 18 août 1897 à Saint Jean le Centenier (Ardèche).
Fils de Pierre, Désiré, directeur de verrerie à Labégude, et de Marie Amélie Tourrette demeurant à la maison Tourrette à Saint Jean le Centenier. Jean Vialatoux, étudiant, demeurant 37 quai J.J Rousseau à Lyon, est mobilisé le 27 janvier 1915 au 2ème Groupe d'Aviation. Probablement breveté pilote au camp d'Avord, le caporal Vialatoux est affecté, le 21 juillet 1915, au Groupe de bombardement 103. Le 31 juillet 1915, depuis le terrain de Nancy-Malzéville,  plusieurs appareils Voisin LAS du Groupe bombardent le terrain d'aviation de Dalhein, près de Morhange, au nord de Chateau-Salins (Moselle). Le Voisin LAS n°V475 fait un atterrissage forcé dans les lignes allemandes. Le caporal-pilote Jean Vialatoux et le Maréchal des Logis Mellinger sont faits prisonniers. Jean Vialatoux, d
écède à Marly le Roi (Yvelines), le 14 juin 1981.

    VIALET, Marcel, Pierre est né le 21 août 1887 à Lyon. Fils de Pierre Vialet et de Amélie Dulmo - profession avant guerre Industriel en Russie - Appelé au 7ème régiment de Cuirassiers, le 13 octobre 1908 - Mobilisé au 7ème régiment de cuirassiers, le 2 août 1914 - 2ème régiment de Dragons - 10ème régiment de Cuirassiers - Passé à l'aviation comme élève pilote, le 23 janvier 1915 - Brevet de pilote militaire n° 1481 en date du 31 août 1915 - Nommé Sergent, le 22 avril 1916 - Pilote de l'escadrille C 53 du 21 février au 24 juin 1916 - Nommé sous-lieutenant, le 26 décembre 1916 - Pilote de l'escadrille N 67 du 24 juin 1916 au 15 septembre 1917 - Admis à l'hôpital VR 75, du 31 décembre 1917 au 31 janvier 1918 - six citations à l'ordre de l'armé :  le 30 mai 1916 le 31 août 1916 - 2 en septembre 1916 - en octobre 1916 - en novembre 1916 - Une citation à l'ordre du corps d'armée en avril 1916 - 9 victoires homologuées - Médaille Militaire, le 30 mars 1916 - Chevalier de la Légion d'Honneur, le 31 août 1916 - Croix de Guerre - Médaille militaire britannique - Décéde à Briançon, le 31 septembre 1925, de maladie contactée en service pendant la guerre du Rif (Maroc).
"
Pilote d'une grande valeur, qui n'a cessé de donner des preuves de courage, d'audace et de sang-froid. Le 28 avril 1916, au retour d'une reconnaissance dans les lignes ennemies, a attaqué à courte distance un avion allemand qui a été vu tombant désemparé. Le 30 avril, a résolument attaqué un appareil de chasse ennemi pour dégager un avion qu'il devait protéger. Ayant eu des commandes de gauchissement coupées, est parvenu, après une chute de 2.000 mètres, à rétablir son avion et à sauver son observateur. Blessé 2 fois dans la cavalerie, a demandé à entrer dans l'aviation, où il s'est révélé de suite comme pilote de premier ordre, d'une remarquable énergie et d'une audace exceptionnelle. Déjà médaillé militaire pour avoir, dans des circonstances particulièrement difficiles, abattu deux avions ennemis en mars et en avril 1916, a réussi le 6 août, au cours d'un même vol, à abattre coup sur coup deux autres avions ennemis, l'un dans nos ligne, l'autre à proximité des tranchées."

    VIOLLE, Maurice, soldat au 2ème Groupe d'aviation.

    VOLAND, Joseph, né le 14 avril 1894 à Lyon 6ème. Mobilisé en 1914 dans l’Infanterie, il n’est affecté comme élève-pilote qu’en 1916 à l’ Ecole Blériot à Avord. Il est breveté pilote militaire sous le n° 8002, il participe aux opérations aériennes sur le front de Verdun. Grièvement blessé en 1918, il est fait Chevalier de la Légion d’ Honneur.
Après sa démobilisation, Joseph Volland consacre ses activités aux aéro-clubs  de sa région et fonde à Lyon, en 1926, la Section Lyonnaise des Vieilles Tiges, puis le Groupe de coordination des groupements aéronautiques locaux et assume pendant deux ans la présidence de l’Union Lyonnaise des Combattants de l’ Air. Il fonde également l’Union Méditerranéenne des Combattants de l’Air à Nice. Médaille de l'Aéronautique en 1961. Membre des Vieilles Tiges n° 4 du 12 septembre 1948 Président du Groupement Joseph Dumas de 1952 à 1964. Médaille d'Or des Vieilles Tiges en 1978.   Joseph Voland décède le 30 juillet 1988.

    VULLIOD Joseph, aviateur à l'escadrille C 122 du 2ème Groupe d'aviation.

    WADDINGTON, Robert, Paul, Yvan, né le 28 octobre 1893 à Lyon.
Fils d'Albert Charles Waddington et de Pauline Ferrand - Appelé au 141ème RI, le 14 décembre 1914 - Passe à l'aviation comme conducteur automobile, le 19 juillet 1915 - Conducteur automobile de l'escadrille N 67 du 24 juillet 1915 au 1er mai 1916 - Nommé Sergent, le 11 mars 1916 - Mitrailleur de l'escadrille N 67 du 1er mai 1916 au 4ème trimestre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 5254 obtenu à l'école d'aviation militaire de Buc, le 26 janvier 1917 - Stage de transformation à l'école d'aviation militaire d'Avord - Stage de Haute-Ecole à l'école d'aviation militaire de Pau jusqu'au 21 mars 1917 - Pilote de l'escadrille N 12 / SPA 12 du 28 mars 1917 au 5 mars 1918 - Stage RGAé du 12 au 15 avril 1917 - Nommé Adjudant, le 20 juillet 1917 - Stage à l'école du tir aérien de Cazaux du 6 au 18 janvier 1918 - Nommé sous-lieutenant, le 25 février 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 154 du 6 mars au 17 septembre 1918 - Pilote de l'escadrille SPA 31 du 17 septembre 1918 au 15 avril 1919 - 12 victoires homologuées - Il est consacré As de Guerre.  En 1939, le lieutenant-colonel Waddington reprend du service comme Commandant du centre d’instruction de la chasse à Chartres.

    WADDINGTON, Charles, Frédéric, né le 3 mars 1892 à Lyon. Charles Waddington, frère aîné de Robert. Mobilisé, en 1914 au 17ème Régiment de Dragons, le Maréchal des Logis Charles Waddington  est affecté au 2ème Groupe d'Aviation. Pilote à l'escadrille VC 116, il disparaît en mer après avoir attaqué un torpilleur ennemi. Mort pour la France, le 17 mai 1916.

    WINCKLER, Georges, né le 28 juin 1894 à Lyon. A l’âge de 14 ans, il vole sur un planeur, type Lillienthal, qu’il a construit avec des amis. Ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale Lyonnaise, il invente un stabilisateur automatique qui est présenté et médaillé à l’Exposition des Inventeurs de Lyon en 1911. Plantier et Kimmerling lui apprennent à piloter au terrain de Bron. Georges Winckler fait 5 années de guerre comme pilote d’essais, moniteur, pilote réceptionnaire à Ambérieu en Bugey, pendant lesquelles il effectue 1180 heures de vol. Il quitte l’armée en 1919 pour créer une usine de cyclocars, mais ce n’est pas la fortune. Il se lance dans la navigation maritime où pendant quatre ans, en tant que capitaine, il navigue sur un côtre à voile. De 1922 à 1925,  il suit les cours d’élève-officier de la Marine Marchande. Au début de 1927, il entre comme pilote à la Compagnie Générale Aéropostale où il est chargé des vols d’études et d’organisation en Amérique du Sud. Le 1er novembre 1928, il passe à Air Orient où en collaboration avec Maurice Nogués, ils seront les pionniers de la ligne de l’Indochine. Comme chef-pilote de la Compagnie Air-Orient, il développe le réseau aérien dans l’Extrême-Orient. En 1936, pour le compte d’ Air France, il est chargé de l’ouverture de la ligne Calcutta-Hanoï.
En 1936, iltotalise 6000 heures de vol pour le compte de l’aviation commerciale. Mais il a  contracté le paludisme. Il rentre en France et meurt, le 26 Décembre 1936, à La Ciotat (Bouches du Rhône). Il est inhumé dans le cimetière de cette localité.
Georges Winckler est le cousin d’Henri Lumière, Président de l’Aéro-club du Rhône et du Sud-Est.

Commission Mémoire Aéronautique       
Groupement Antoine de Saint Exupéry      
Les Vieilles Tiges
 
Des «Poilus» qui sont devenus «Aviateurs» au cours de la Première Guerre mondiale - Rhône (C)  Paul Mathevet   07/2014

Retour