Lyon-Satolas : attention CB

 

"Genève bonjour Air France 3155, en descente vers le 200 sur MILPA"

"Bonjour Air France 3155, maintenez le 200 atteignant, MILPA OTKOL RUNOM, RUNOM clearance limite, réduisez dès maintenant 250 kt"

"Y a de l'attente à Lyon ?"

"Heu .. oui un peu :-) le terrain est fermé cause météo."

Hier, en revenant de Milan, voilà un peu à quoi ressemblait notre conversation avec Gnééééééve control.

J'ai la fréquence ops en écoute sur la VHF 2 mais comme on arrive dans les premiers, c'est "encore" assez calme.

 "Air France 3155, descendez vers le niveau 180 toujours RUNOM clearance limite et contactez Marseille 126.7 au revoir"

"Vers le 180 et avec Marseille 126.7, Air France 3155, au revoir"

 Bon, on a de la chance, on est dans les premiers arrivés... donc normalement les premiers sortis de l'attente... normalement...

 "Marseille bonjour, Air France 3155 vers le 180 sur OTKOL et pour info on ne pourra pas entrer dans l'attente de RUNOM, il y a un gros Cunimb juste dessus"

"Heu reçu 3155 .... quelles sont vos intentions ?"

"Ben si on pouvait tourner sur OTKOL, ça serait déjà beaucoup mieux, on serait en bordure"

 Je me doute un peu du bordel qui est en train de se préparer, nous arrivons en plein hub, il n'y a aucun atterrissage à Lyon, tout le monde va bientôt etre en attente, et surtout il y a de très gros cunimbs un peu partout.

 Ca ne rate pas, petit a petit, tous les avions arrivent sur la fréquence de Marseille, et un par un ils demandent des caps, des attentes décalées, sur un autre point... etc.

 Pour gérer la crise au contrôle, ils n'ont pas mis un petit jeune, le mec se débrouille comme un chef.

 "Air France 3155, on va etre obligé de se décaler un peu vers l'ouest, le cunimb entre RUNOM et OTKOL se déplace vers l'ouest"

 Dans l'avion, pas un mot, la cabine est particulièrement silencieuse, on se prend des grêlons, ça givre, ça turbule énormément... tout va bien quoi !

 Au bout de quelques tours, on se bat toujours contre le déplacement de Mr le Cunimb, il nous jette de plus en plus vers le nord-ouest.

Il y a des avions partout autour de Lyon, personne n'est dans les attentes à cause des cunimbs qui sont un peu partout, on fait comme on peut, et le contrôleur assure toujours :-)

 Les avions un peu court en pétrole commencent a se manifester, et là : problème !

 "Machin truc, on souhaiterait dégager sur Grenoble."

"Heu, je suis désolé monsieur mais ça n'est pas possible, il y a des avions partout et je ne peux pas vous faire passer à travers, personne n'est sur sa trajectoire."

 Ah !

 "Et est-ce qu'on peut dégager St-Etienne ?"

"Ben non Monsieur, désolé même problème, mais je ne peux pas vous faire passer aàtravers tout le monde."

 Même chose pour Bron, Sato est toujours bâché ... là ça commence à s'affoler dans ceux qui sont à court de fuel.

En fait le mieux à faire et de revenir sur ses pas et trouver un terrain, là on ne gêne personne, mais ce n'est pas forcément possible.

 Moi je commence à sortir les cartes de Genève... mais on peut encore attendre

 ... un coup d'oeil à mon chrono, on attend depuis 50 minutes !

Je recalcule pour la troisième fois le pétrole pour d'autres dégagements, on peut encore attendre 25 minutes, ensuite, faut dégager.

 Certains avions partent sur Dijon, j'entend un Fokker 100 de chez nous en provenance de Strasbourg qui retourne carrément à Strasbourg :-)

 On est toujours avec les ops AF de Lyon bien sûr (alors là c'est le feu sur la fréquence).

 "Marseille de l'Air France 3155, juste pour info pour préparer la suite des évènements est ce que de notre position un dégagement Grenoble est possible ou on devra aller sur Genève ?"

"Heu 3155 je pense que ça va passer, malgré quelques trafics en attente vers TDP"

 Ca fait maintenant 1h10 qu'on est en attente... et la météo est toujours aussi bonne, on se prend de très grosses châtaignes (et à l'intérieur d'un cunimb, on les voit bien les éclairs :-(

 Sur la 2, je contacte l'approche de Lyon pour avoir une petite dernière : toujours pas mieux, et on nous annonce au mieux un atterrissage dans 45 minutes...

 Bon aller, sans regrets : "Air France 3155 on souhaiterait dégager sur Grenoble."

"Reçu 3155, procédez TDP descendez niveau 80."

 "Les opérations AF du 3155, on se déroute sur Grenoble."

"Reçu 3155, alors vous débarquerez les pax à Grenoble, ils reviendront à Lyon en bus, et vous refuellez là bas pour revenir dès que possible sur Satolas (ben oui, on a un autre Milan à faire encore après :-))

 On prévient les passagers de notre nouvelle destination (oh j'imagine leur tête, notre pauvre stew est assailli de questions)

 "Air France 3155 passez avec l'approche de Lyon 127.57, bonne soirée."

 On poursuit sur TDP, vers le 80...

 Tout d'un coup, je fais signe à mon Captain, on est sorti de la couche, et oh miracle, je vois le terrain de Sato sur ma droite, il fait grand beau derrière le cunimb, ça commence a se dégager sur l'aéroport !

 "Heu 3155, on a le terrain en vue, est ce qu'on pourrait faire une approche à vue sur la 36 ou la 18 à convenance (le vent est travers) au lieu de dégager sur Grenoble (ce qui est nettement mieux pour tout le monde :-)

 "OK 3155 c'est bon pour la 18L, tournez a droite cap 350 guidage ILS 18L."

 ... Youpi, re-annonce aux pax qu'on va finalement bien se poser à Lyon, et en plus personne ne ratera sa correspondance malgré tout ce retard puisque tous les avions sont dans le même cas (enfin pire puisque nous on se pose, eux ils sont encore en train de tourner.

 On annonce également la bonne nouvelle aux ops, qui ont l'air au moins aussi rassurés que nous :-)

 Nous sommes le deuxième avion à se poser, et derrière, tout le monde quitte les stacks pour percer, à la queue sur la 18L :-)

 Waouh, quelle bonne expérience

Lyon/Milan 35 minutes

Milan/Lyon 2 heures !!! c'est marrant non :-)

 ... la journée n'est pas finie, on doit encore aller se remettre dedans pour retourner à Milan, et là ... je vous passe les deux heures de créneaux décollage dues au beau bordel organisé des avions qui se posent tous :-)

 PS: Bravo aux contrôleurs de Marseille et de Lyon pour leur efficacité

... ça bouge vraiment dans un vrai cunimb, c'est pas des conneries ce qu'ils disent dans les livres :-)))

 

Source : http://pilotlist.decollage.org/bestof/index.htm