Les faits vécus par un pilote

 

.......... En approchant de Mende, on passe avec Marseille contrôle, et quelques minutes plus tard, un avion se déclare en emergency sur la fréquence !
Je peux vous dire que quand on entend en vrai le fameux "MAYDAY MAYDAY MAYDAY" qu'on a l'habitude de faire au simu, ça fait pas du tout la même impression !
C'est un avion apparemment immatriculé N, (mais je dirais plutôt que l'équipage avait un accent british) en route sur Nice qui vient de couper un moteur.

Tout le monde sur la fréquence retient son souffle.
Le contrôle lui demande ses intentions, Nice, Marseille ou le terrain le plus proche...
Le pilote veut le terrain le plus proche avec mini 1600 m de piste.
Le choix est très vite fait pour Lyon (d'après ce que j'ai compris, il devait être à une quarantaine de NM dans le sud de Lyon).

Les contrôleurs de Marseille cafouillent pas mal, ils le font changer plusieurs fois de fréquences, lui donnent plusieurs caps différents, ensuite le nom d'une balise que visiblement le pilote ne connaît pas, bref, les contrôleurs n'ont pas été terrible, et dans le cockpit, ça doit chauffer (en plus, il essaye d'éviter les cunimbs).

Nous sommes maintenant assez proche de Lyon et Marseille nous transfère avec Lyon (on retrouve donc l'avion en emergency).
Tout le monde en arrivée sur Lyon est mis en attente pour laisser l'avion se poser, je rentre donc dans l'attente d'Arbon, et on recalcule précisément combien de minutes nous pouvons attendre avant de dégager.

Soudain, on entend sur la fréquence une phrase qui a dû glacer tout le monde, en tout cas moi j'ai eu un gros pincement au coeur a ce moment là : "à tous les avions en fréquence, durée d'attente indéterminée, le terrain est fermé jusqu'a nouvel avis, l'avion vient de se crasher !"

...

Quelques avions décident tout de suite de se dérouter sur Grenoble, d'autres restent dans l'attente.
Très vite, le contrôleur nous donne environ 40 minutes d'attente possible.
Pour nous, ça va pas passer, on a 30 minutes max, mais pour le moment, on reste dans l'attente, ça peut se débloquer.
Puis quelques minutes plus tard, le contrôleur nous informe que la 36R est réouverte mais sans le niveau de sécurité SSIS (tous les pompiers sont sur les lieux de l'accident).
Bien sûr, tous les avions acceptent néanmoins de se poser, et nous sommes les premiers a percer derrière ce pauvre avion.
(et là, j'ai pas intérêt a me louper, y a plus de SSIS ! :-(

En finale on nous avertit que le niveau de SSIS est rétabli.
En courte, on voit l'avion immobile, à côté du seuil 36L, et tous les camions autour...

Bref, une triste journée aéronautique, j'espère vraiment que les occupants vont s'en sortir.
Et un grand bravo aux contrôleurs de Lyon qui ont su gérer cet accident en plein hub avec toutes les arrivées, et seulement très peu d'attente (je n'en dirais vraiment pas autant des contrôleurs de Marseille !)

Si quelqu'un a des infos sur cet accident, je suis preneur.

Je retiendrai des vols de ce matin que peu importe ce que le contrôle dit ou demande, il ne faut jamais oublier que ce n'est pas lui qui est dans l'avion !

 

Source : http://pilotlist.decollage.org/bestof/index.htm